Bamako: Quand prostitution et ramadan font bon ménage !

Publié le 22 mai
Source : l'Essor

Le constat est aberrant. Trop de prostitution à Bamako même en ce mois béni de ramadan. Il se dit pourtant que plus de 90% de la population malienne sont des musulmans. Considérée comme le plus vieux métier du monde, la prostitution est un phénomène social et comme tel, elle est inhérente à toute société.

Elle contribue d’un certain maintien de l’ordre et de la tranquillité dans la société. Le bordel est pour une bonne couche de la population un lieu de dépaysement et d’évasion.

Il est important de signaler que beaucoup de prostituées entretiennent leurs familles (frères, sœurs, etc…). Elles achètent par une générosité sans limite envers la famille, l’affection dont elles sont privées. D’un autre côté, les familles entretenues sont souvent au courant, une fois sur deux de la « profession » de leur fille, de leur sœur, ou même de leur mère.

Dans les régions minières du pays, comme en milieu urbain, la prostitution se présente sous forme ouverte et se caractérise par les aspects suivants :

1- La prostitution de luxe: C’est celle qui se pratique généralement dans les hôtels de luxe (Grand hôtel, hôtel Salam, Sheraton, Radisson Blu, et.).

2- La prostitution de bureau: généralement pratiquée par des femmes mariées ou divorcées qui se promènent de bureau en bureau (aussi bien dans les services publics que dans les établissements privés).

3- Les prostituées de bars et débits de boissons: Elles se recrutent surtout parmi les « bonnes à tout faire » (les domestiques), mais aussi parmi les jeunes filles et femmes qui ont abandonné leur famille. On rencontre de plus en plus de mineurs dans cette catégorie de prostituées.

4- Les prostituées fixes à plein temps: Elles « travaillent » dans des lieux clos (prostitution de claustration). Elles sont disponibles à tout moment de la journée et de la nuit. Quelques-unes sous-louent leurs chambres à d’autres « femmes ou jeunes filles respectables » qui occasionnellement se prostituent afin de satisfaire certains de leurs besoins ponctuels (ce sont généralement des femmes mariées, des élèves et étudiantes).

5- Les prostituées saisonnières: Elles sont des professionnelles qui viennent s’installer pour plusieurs semaines dans les hôtels de moyen voire de bas standing de Bamako, Sikasso et Kayes. On les appelle également les prostituées de traites, en majeure partie originaire du Sénégal, de la Guinée Conakry, du Togo, etc.

6- Les two-two (tou-tou): Elles sont également des professionnelles, mais qui souvent restent plusieurs mois, voire des années à Bamako. Originaire en général des pays anglophones de l’Afrique de l’ouest (surtout le Nigeria), elles vivent le plus souvent ensemble, dans la même concession et y pratiquent la prostitution de claustration, jour et nuit. (La concession jouxte en général un débit de boisson ou fait partie d’un bar).

7- La prostitution des garçons: Elle n’est généralement pas signalée bien qu’existante (même si c’est un phénomène récent et rare). Elle est l’apanage d’une certaine catégorie de personnes et se pratique dans des cercles très fermés.

Sambou Sissoko

Source: Le Démocrate

Source : l’Essor

Commentez avec facebook