Affaire de convocations de deux imams : Les mises en garde du procureur de la commune IV au ministre manifestant !

Publié le 18 août
Source : Le Pays

Le procureur de la République près le tribunal de grande instance de la commune IV du district de Bamako a dénoncé la présence du ministre Délégué, chargé de la Solidarité, de l’Action humanitaire, des Réfugiés et Déplacés, Imam Oumarou Diarra, au camp I suite à la convocation des imams Ibrahim Moussa Diaby et Muhammad Traore.

Le ministre Délégué chargé de la Solidarité, de l’Action humanitaire, des Réfugiés et Déplacés, Imam Oumarou Diarra, était au camp I de Bamako pour soutenir les deux imams convoqués. Cette attitude du ministre de la République a été vigoureusement dénoncée par le procureur de la République près le tribunal de la commune IV, Idrissa Touré. « J’ai appris qu’il y avait un ministre qui était là-bas, à la gendarmerie parce que ces imams ont été convoqués », a déclaré le procureur avec étonnement. Selon lui, ces genres de dérives arrivent parce que « les gens ne savent pas c’est quoi être ministre de la République ». Pour le procureur, qui qu’on soit, on doit respecter la loi quand on est dans une République. « On est dans un État. Quand on est dans un État, on se soumet à ses règles »,a-t-il laissé entendre dans la vidéo beaucoup partagée sur les réseaux sociaux. Le procureur Touré a affirmé que quand on est dans un État, on ne peut pas être au-dessus d’une convocation.

Le rôle d’un ministre est loin d’aller devant une unité d’enquête pour soutenir un citoyen convoqué légalement. C’est en tout cas ce qu’explique le procureur Touré. « Quand on porte l’écharpe de ministre, il y a ces comportements qui ne nous sied plus », a-t-il déclaré avant de jeter des pierres dans le jardin de l’imam Oumarou Diarra : « C’est ce qui arrive quand on part prendre les gens dans la rue pour le nommer ministre. Comment un ministre de la République peut quitter son bureau comme s’il n’a rien à faire pour aller s’arrêter devant une unité d’enquête pour dire que je suis venu soutenir X ou Y ».

La seule chose qui a échappé le ministre manifestant de la prison, c’est qu’il n’a pas été au tribunal de la commune IV. « S’il était venu ici, on l’aurait mis aux arrêts. Adviendra que pourra », a déclaré haut et fort le procureur Touré qui a ajouté que dans une République, chacun doit rester à sa place et jouer le rôle qui lui est dévolu par la loi.

Boureima Guindo

Source : LE PAYS

Commentez avec facebook