Mercredi 20 Octobre 2021
Banniere SAma Money

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

CRI 2002 forme les autorités traditionnelles de Bamako sur les instruments de lutte contre la corruption

Le Cercle de Réflexion et d’Information pour la Consolidation de la Démocratie au Mali (CRI 2002) a organisé un atelier de formation, d’information et de renforcement de capacités à l’endroit des autorités coutumières de Bamako sur les instruments et bonnes pratiques de lutte contre la corruption au Mali. C’était ce jeudi 16 septembre 2021 à la Maison du Partenariat Angers-Bamako.

C’est à travers l’objectif I, axe 4 du programme EMERGE avec le soutien technique du NDI et financier par l’USAID et la coopération Suisse, que CRI 2002 a pris l’initiative de former les autorités traditionnelles sur les outils et bonnes pratiques de lutte contre la corruption au Mali. Il s’agit d’un programme qui vise à informer et à renforcer les capacités d’au moins 120 leaders locaux, soit 20 par localité.

Pour ce faire, CRI 2002 et ses partenaires de la société civile, toujours dans le cadre du programme EMERGE, à travers le projet d’appui à la promotion d’une participation citoyenne éclairée tout au long des processus électoraux et politiques au Mali, comptent organiser dans les localités couvertes par le projet, notamment Bamako, Kati, Sikasso, Koutiala, Yorosso et Mopti, des sessions de formations pour informer et renforcer les capacités des autorités locales sur plusieurs aspects des droits et devoirs citoyens. L’une des thématiques concerne la lutte contre la corruption. Il s’agit donc d’identifier au niveau de chaque localité couverte par le programme, vingt (20) leaders locaux qui seront comme des relais auprès des autres populations dans le cadre de la lutte contre la corruption.

Ainsi, après Kati le 15 septembre 2021, CRI 2002 était avec la Coordination des Chefs de quartier du district de Bamako pour un atelier d’une journée sur les thématiques qui concernent la corruption dans tout son contexte au Mali. Selon Dr Abdoulaye Sall, président de CRI 2002, la corruption constitue de nos jours un défis majeur dans tous les secteurs d’activités. Pour lui, la corruption n’étant pas une fatalité, on doit pouvoir la combattre. «Les autorités traditionnelles, coutumières, et religieuses dans leur rôle de rempart pour la sauvegarde, la promotion et la consolidation des valeurs civiques peuvent contribuer à véhiculer des messages sur les méfaits de la corruption et les bonnes pratiques afin de la combattre. C’est pourquoi, nous avons voulu collaborer avec eux afin de les impliquant davantage », souligne-t-il.

Aussi, le représentant du Coordonnateur des chefs de quartier, Mamadou Bouya Simpara, a, non seulement, remercié CRI 2002 pour ces multiples efforts visant à sensibiliser et à former les autorités traditionnelles, mais aussi, il a interpellé les collègues sur leur devoir de leaders locaux. Une manière pour Mamadou Bouya Simpara d’inviter les autorités traditionnelles à mettre en pratique les nombreuses formations dont ils ont bénéficié de CRI 2002.

Concepts et définitions expliqués lors des différentes sessions

La transparence: elle fait référence à l’ensemble des caractéristiques intrinsèques d’un gouvernement, d’une entreprise, d’une organisation ou d’un individu donné lui permettant de divulguer ouvertement les informations relatives à ses règles, ses procédures et ses activités. Par principe, les membres de gouvernement, fonctionnaires d’Etat et agents d’entreprises privées ou d’organisation diverses doivent se plier au devoir de visibilité, de prévisibilité et de lisibilité afin de promouvoir la participation et la redevabilité et ainsi permettre une perception exhaustive de leurs actions par tous au sein de la sphère publique.

La redevabilité: Renvoie au concept qu’un individu, une agence ou une organisation (publique, privée, ou issue de la société civile) est tenu responsable de rapporter sur les activités exercées à travers son mandat. Cela inclus notamment la responsabilité financière et celle relative à la gestion des biens confiés à l’organisation en question.

L’intégrité: il s’agit du comportement et des actions qui conforment à un ensemble de principes et de normes moraux ou éthiques, adoptés par des individus et des institutions, qui créent un obstacle à la corruption. Il s’agit de faire le bien, peu importe que personne n’observe.

La corruption est l’abus de pouvoir à des fins personnelles: cela désigne le cas où une personne investie d’une fonction déterminée (publique ou privée) de solliciter ou d’accepter un don ou un avantage quelconque en vue d’accomplir, ou de s’abstenir un acte entrant dans le cadre de ses fonctions. Le versement de pots de vin, la fraude, le népotisme et le copinage sont tous liées avec l’abus de pouvoir à des fins personnelles.

Amadou Kodio

Source: Afrikinfos-Mali

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

La plaie du Mali, ayons le courage de le dire, c’est aussi sa jeunesse. Elle est aujourd’hui sans identité avec zéro conviction, zéro vision. Elle est toujours au service des autres, jamais à son propre service.

Elle joue toujours les seconds rôles et c’est-elle qui fait le sale boulot (dénigrement, diffamation, injures). Que sais-je encore ?

Lire la suite

Ecoutez

« DIS ! » Le Débat Interactif du Soir

Thème : Les nouvelles autorités de la transition peuvent-elles venir à bout de l’insécurité grandissante ?

13 Juillet


JÒ KÓNO

 

Réécoutez votre émission de débat politique en bambara.

Dans JÒ KÓNO, Moussa Timbiné reçoit M. Nouhoum Togo, Président de l’Union pour la Sauvegarde de la République.

13 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2021