Dimanche 29 Janvier 2023

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Blasphème de l’islam au Mali : Le djihadisme va-t-il se radicaliser de plus ?

A la suite de l’attaque de Kati et la forte implication de la population dans l’arrestation des suspects terroristes le même jour, un vocal d’un présumé djihadiste a circulé sur les réseaux sociaux.

Dans le vocal, l’auteur menaçait la population de Bamako d’éventuelles attaques si elle continuait de s’interposer entre eux et l’Etat. Les récentes profanations des symboles de l’islam ne va-t-il pas ouvrir à une autre forme de terrorisme au Mali ? Voire une ‘’Bokoharamisation’’ du djihadisme au Mali.

Bokoharam est le nom attribué au groupe extrémiste radical affilié à l’Etat qui sévit au Nigeria. Cette expression ‘’Bokoharam’’ selon des spécialistes voudrait dire ‘’le Sud mauvais ou haram’’ pour mener une guerre à partir du Nord du Nigeria contre l’Etat et tout ce qui est du Sud. D’où la terreur qui n’épargne personne. Une guerre djihadiste politique et territoriale.

Nous savons tous, qu’au Mali, même s’il s’était communautarisé un moment donné, le djihadisme terroriste vise principalement l’Etat du Mali, ses symboles et tous ceux que les extrémistes jugeraient proches ou partisans de l’Etat. Mais il n’a aucune forme territoriale comme cela se passe au Nigéria et dans certaines parties du monde.

Ce qu’il faut se demander, si ces récentes profanations de l’islam et ses symboles surtout dans la partie Sud du pays ne vont pas changer les couleurs du conflit en extrémisant encore plus l’insécurité que traverse le pays. A rappeler, que c’est le même Etat islamique avec un esprit très différent d’Alqaïda (JNIM-Katiba), qui ne cesse de marquer sa signature dans le Nord du Mali.

L’Etat ne doit-il pas anticiper ? D’abord en rassurant les musulmans et toutes les autres religions et dévotions que leur religion et leurs symboles seront respectés par tout sur le territoire malien par des mesures fortes et l’invitation à la tolérance interreligieuse. Cela circonscrirait d’abord, à éviter un conflit interreligieux au Mali, aussi, à ne pas faire naître le désir d’une République islamique chez les musulmans pour se protéger des affronts et enfin, éviter d’extrémiser davantage ceux contre qui nous nous battons depuis bientôt 10 ans.

Un Etat, c’est anticiper au lieu de faire face.

Koureichy Cissé

Source : Mali Tribune 9 Nov 2022

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Lettre ouverte à messieurs les chefs d’État de la Cedeao

Messieurs les chefs d’État,

Avec toutes mes excuses et la déférence due à votre rang, j’ai à cœur de vous parler de la situation de crise multidimensionnelle qui sévit dans mon pays depuis janvier 2012, -près de 10 ans déjà- et de la lecture peu heureuse que vous, au sein de la Conférence des chefs d’État de la CEDEAO, en faites, avec une certaine altération des idéaux de notre organisation régionale d’intégration.

Lire la suite

Ecoutez

« DIS ! » Le Débat Interactif du Soir

Thème : Les nouvelles autorités de la transition peuvent-elles venir à bout de l’insécurité grandissante ?

13 Juillet


JÒ KÓNO

 

Réécoutez votre émission de débat politique en bambara.

Dans JÒ KÓNO, Moussa Timbiné reçoit M. Nouhoum Togo, Président de l’Union pour la Sauvegarde de la République.

13 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2023