Mardi 25 Septembre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Armée : QUATRE AÉRONEFS DE CHASSE RÉCEPTIONNÉS PAR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

Sur la Base Aérienne 101 de Sénou, hier dans l’après-midi, 4 aéronefs de type Super-Tucano focalisaient les attentions. Ce sont les toutes dernières acquisitions de notre pays qui améliore ainsi et considérablement la capacité opérationnelle de ses forces armées, en général, et particulièrement celle de son Armée de l’Air.

La cérémonie consacrant la réception officielle de ces appareils a réuni autour du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, chef suprême des Armées, un parterre de personnalités dont le président de l’Assemblée nationale, Issaka Sidibé, le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga et plusieurs membres du gouvernement. On reconnaissait également le chef d’état-major général des Armées, le général M’Bemba Moussa Keïta et le chef d’état-major de l’Armée de l’air, le général Souleymane Bamba.

Ces A-29 Super Tucano viennent renforcer le parc de l’Armée de l’Air qui compte déjà 1 CASA C-295 MW, 2 Super Puma, 2 Y-12, 2 hélicoptères MI-35, 1 Basler, 1 hélicoptère MI-24 et 1 hélicoptère de transport Z-9. Tous ces appareils ont été acquis dans le cadre de la Loi d’orientation et de programmation militaire (LOPM), initiée sous le leadership du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta. «Les Super Tucano avec ses 10 pilotes et 17 techniciens formés concrétisent davantage la justesse et l’efficacité de la LOPM », a témoigné le général Souleymane Bamba. Et de se réjouir du fait qu’ils offriront aux FAMA des capacités de reconnaissance et d’appui feu en profondeur.

L’officier général a aussi rappelé que l’Armée de l’Air a, durant le 1er semestre 2018, effectué 1.068 missions opérationnelles en 1.696 heures de vol et assuré 75 évacuations sanitaires ainsi que le transport de 25 prisonniers.

«Les avions de reconnaissance ont effectué 410 missions, les avions de transport ont transporté 9.437 personnes et 78 tonnes de cargo. Et les aéronefs d’appui feu ont effectué 359 missions, tiré 155 roquettes et 582 obus de 23 mm», a-t-il détaillé. Par ailleurs, il a informé que le processus de réalisation d’infrastructures et d’équipements de soutien est sur une bonne lancée. En effet, des hangars préfabriqués sont déjà disponibles et n’attendent que la fin des travaux de terrassement pour être déployés.

Cependant, Souleymane Bamba a attiré l’attention du chef suprême des Armées sur la nécessité de mettre en place un budget organique dédié à l’entretien, à la maintenance, à l’équipement des avions et au suivi des flux logistiques. «Cela est indispensable», a-t-il affirmé, avant d’assurer que bon usage sera fait de ces matériels.

Le président de la République a constaté de visu l’état d’avancement des travaux d’agrandissement du parking avion. Peu après, deux des Super Tucano se sont envolés pour des démonstrations qui ont ému l’assistance. Utilisé par plusieurs forces aériennes à travers le monde, ce type d’appareil est adapté aux missions de lutte anti-guérilla, d’attaque au sol ou d’appui de troupes au sol. Le Super Tucano dispose en interne de deux canons dans ses ailes. En externe, il peut emporter un pod canon supplémentaire, quatre pods lance-roquettes et missiles ainsi que des bombes de 250 Kg. Autre avantage et non le moindre : il peut décoller et atterrir depuis des terrains sommaires, c’est-à-dire qui n’ont pas été “préparés” au préalable. L’appareil peut couvrir un rayon d’action de 400 km.

S’adressant à la presse, Ibrahim Boubacar Keïta s’est dit “fier” de ces acquisitions et des pilotes maliens qui savent si bien les manipuler avec dextérité. Pour le président Keïta, «il n’y a rien de plus grave pour un militaire que de se sentir frustré, impuissant en sachant». «Ces jeunes savent, ils savent faire! On a vu les démonstrations aériennes du colonel Koné et de ses hommes», s’est-il réjoui, ajoutant qu’il leur fallait l’outil. Le chef de l’Etat a redit sa volonté de faire en sorte que notre armée, grâce à la LOPM, puisse reprendre «du poil de la bête, qu’elle soit réhabilitée et qu’elle redevienne une armée digne de ce nom avec toutes les capacités».

«Est-ce que vous pouvez imaginer une seconde un pays de 1.240 mille km2 qui n’avait pas un seul vecteur aérien ?», a-t-il interrogé, avant de déplorer le fait que nos soldats sur le terrain n’avaient l’appui d’aucune force aérienne.

«Cela est intolérable et inadmissible», a déclaré le président de la République qui rappelle que «nous avons réussi sur fonds propres, au forceps et à coup d’une gestion orthodoxe, à acquérir d’abord 7 aéronefs, et depuis le mardi dernier, 4 Super Tucano venus du Brésil».

«De toutes mes forces, ma mission était et demeure de faire en sorte que le peuple du Mali ait l’outil de défense digne de lui et qui est également l’outil de décision politique de tout chef d’Etat. Tout doucement, le Mali acquiert cette capacité de souveraineté nationale, cette capacité de décision souveraine», a martelé le chef suprême des Armées, visiblement comblé d’avoir pu propulser les capacités d’intervention de l’Armée de l’air.

Issa DEMBÉLÉ

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Délégation gondwanaise à l’ONU

25 Septembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Afrique : Faut-il s’inquiéter des investissements chinois ?

25 Septembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018