Front social : Les financiers du secteur de l’éducation en grève de 13 jours à partir de demain

Publié le 27 octobre
Source : Le Républicain

La Section Syndicale des Financiers du Secteur de l’Éducation (SYNFISE-SNEC) a organisé une conférence de presse, le lundi 26 octobre 2020, à la bourse du travail. Objectif : informer de sa grève de 13 jours à partir du mercredi 28 octobre 2020.

Selon Diodio Samba, le Secrétaire Général de la Section Syndicale des Financiers du Secteur de l’Éducation (SYNFISE-SNEC), les agents financiers de l’État mis à la disposition de l’éducation ne bénéficient ni des avantages accordés aux agents du ministère des Finances, ni ceux accordés par le statut des enseignants. Les revendications sont entre autres: étendre aux agents financiers du secteur de l’éducation des avantages du Décret N°2018-0541/P-RM du 05Juillet 2018, fixant les taux mensuels de certaines primes allouées aux personnels de certaines directions du Ministère des Finances, nommer par décision des agents chargés de traitement et du tirage des salaires des enseignants fonctionnaires des collectivités, comme chargés de dossiers, prévoir les intendants dans les budgets de formation et des examens de fin d’année, octroyer un plan de carrière des agents financiers du secteur de l’éducation, réviser le cadre organique des Académies d’Enseignement pour adaptation au contexte actuel, faciliter l’accès des agents financiers aux études professionnelles et autres.

En juillet 2019, des travaux de conciliation ont eu lieu suite à un préavis de grève. Les travaux ont abouti aux résultats suivants : 7 points d’accord, 2 points d’accord partiel, 1 point retiré par le syndicat . Sur les 7 points d’accord, 2 ont fait l’objet de lettres circulaires adressées aux Directeurs d’Académie d’Enseignement(DAE), alors qu’elles devraient être adressées aux autres services de l’éducation. Concernant le point d’accord N°6, la commission n’a siégé qu’une seule fois. Concernant le point d’accord partiel n°1, le département de l’éducation avait promis d’écrire aux ministères de l’économie et des finances pour les dispositions à prendre parce que l’ensemble des membres de la commission sont unanimes que c’est un droit. « Cette lettre n’a jamais été faite. » De l’avis de Diodio Samba, ils ont mené plusieurs actions qui sont restées sans suite. D’abord, un mois après la signature du procès-verbal de conciliation, la section syndicale a rapproché le département de l’éducation par rapport aux suites des lettres circulaires et l’application des autres points d’accord. « Cette démarche n’a rien donné.» En avril 2020, explique Diodio Samba, une lettre de demande d’audience a été adressée au département de l’éducation, sans suite. Malgré tout cela, précise Diodio Samba, la Section Syndicale des Financiers du Secteur de l’Éducation (SYNFISE-SNEC) a observé un moratoire, compte tenu de la situation sociopolitique du pays. La Section Syndicale des Financiers du Secteur de l’Éducation (SYNFISE-SNEC) a déposé un premier préavis de grève de 72 heures, le 18 septembre 2020, sans suite. Ce qui a conduit la Section Syndicale des Financiers du Secteur de l’Éducation (SYNFISE-SNEC) a déposé un deuxième préavis de grève de 13 jours qui va prendre effet à partir du mercredi 28 octobre 2020.

M.D

Source : Le Républicain 27 Oct 2020

Commentez avec facebook