Mercredi 30 Novembre 2022

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Bamako : La vogue des restaurants modernes

Nos compatriotes et la diaspora africaine au Mali aiment de temps en temps se retrouver dans ces lieux de restauration autour de pots de l’amitié ou discuter d’affaires. Cela permet à certains de décompresser après une dure journée de labeur.

Bamako est l’une des villes africaines qui connaît une urbanisation à une vitesse exponentielle. Cette agglomération est permanemment en chantier avec des immeubles, voire des gratte-ciel. Ce boom urbain tient, sans doute, une classe moyenne de plus en plus ambitieuse, qui aspire à de meilleures conditions de vie.

Le «parc» gastronomique n’est pas en marge de cette modernisation. Pâtisseries et restaurants modernes poussent comme des champignons. Et nos compatriotes et ressortissants étrangers se bousculent aux portillons de ces lieux de restauration pour savourer les spécialités maliennes, africaines, voire d’ailleurs.

Il est 19h au restaurant «Chez Richard» à Bacodjicoroni Golf, en Commune V du District de Bamako. Cet endroit est le point de rencontre de jeunes ivoiriens vivant à Bamako, mais aussi de Maliens. «Très fréquemment, je viens ici pour savourer du garba (atièkè) qui est l’un de mes plats préférés», dit Mohamed Bengaly, 27 ans, ingénieur dans une entreprise de la place.

Ce jour-là, la terrasse grouille de monde. Un groupe de jeunes à l’accent ivoirien y discutent. Ces derniers y viennent pour acheter du «garba», du «placali», du «donkounou» et autres. Tout autour, l’éclairage reflète sur le mobilier, luisant davantage le décor moderne.

Une dizaine de tables de forme rectangulaire meublent le décor. Des jeunes mangent, en discutant ou en regardant la télévision. Un match de football cristallise l’attention. Soudain silence total. Pénalty manqué pour le Bayern de Munich : des bruits fusent de partout.

Camara, le maître des lieux est un Ivoirien. «Nous sommes ouverts depuis 2019 et rencontrons un franc succès. Les clients sont Ivoiriens, Maliens et autres Africains», explique le gérant. «Chez Richard», les clients ont la possibilité de manger sur place ou de se faire livrer partout à Bamako.

Décor européen- «Los Turcos» est un restaurant turc sis à Badalabougou. À l’entrée, des voitures de diplomates (en tout cas les immatriculations sur fond vert l’indiquent). Après, une fouille méticuleuse pour raison de sécurité, nous voici dans l’enceinte. L’ambiance est calme, le temps est doux. Des couples se dévorent du regard. Le décor, européen, laisse imager le type de clientèle qui fréquente le lieu.

Çà et là, des tables à deux places pour des têtes à têtes. Celles de quatre sont disposées sous un hangar. À droite, des espaces sont aménagés sur le gazon. La luminosité est sombre ou éclairée par endroits. Pape Konaté, médecin à Bamako, discute avec des amis venus du Ghana. «Je suis un habitué du coin. Nous prenons un pot après un tour de bateau», explique-t-il. «C’est ma première fois de fréquenter un restaurant turc. Ça me fait du tourisme culinaire», enchaine son camarade Ousmane Atimbila.

Ghanéen d’origine malienne, Mohamed Bocoum semble avoir des soucis avec le café turc qu’il vient de commander. «Je suis amateur de café, mais celui-ci passe difficilement. Je vais demander un jus», sourit-il. Après 3 ans hors du Mali, ajoute-t-il, c’est normal de faire le tour pour découvrir les nouveaux coins de la capitale. Los Turcos est également fréquenté par des jeunes huppés de Bamako.

Nice Cream opère au Mali, au Sénégal et dans d’autres pays de l’Afrique de l’Ouest. Elle est la propriété d’une famille libanaise. Cette boulangerie-pâtisserie, située à l’ACI 2000, assure une vue panoramique sur la route à travers une baie vitrée. Des comptoirs vitrés longent le hall. Derrière eux sont exposés différents produits. Vêtu d’une chemise assortie d’un pantalon, Julien Tremblin, un jeune diplômé de commerce, en est le gérant. «La clientèle de Nice Cream est essentiellement familiale, malienne et étrangère.

En cette période, il y a également beaucoup de vacanciers», explique Julien Tremblin. Il leur propose différentes gammes de produits à savoir : pain boulangerie avec des farines spéciales, viennoiserie (beurre, sucre et chocolat), pâtisserie (crème, caramel), glace (lait, crème, à base de fruits locaux), ainsi que la pizza, le burger et la pâte. Comme toute activité, le secteur rencontre des difficultés.

Nice Cream possède des pâtisseries à travers Bamako. Le dernier est celui de l’Aci 2000 qui emploie 16 personnes, des Maliens pour la plupart. Il y a également des ressortissants des pays de la sous-région.

Julien Tremblin explique avoir un «bon partenariat avec le Centre Chiaka Sidibé», qui, selon lui, dispense une bonne formation sanctionnée par un diplôme. Nice Cream recrute ceux qui ont de l’expérience et forment certains sur place. «En deux ou trois semaines, ils apprennent le service (servir les clients), les produits (la glace principale production), les différents postes dont la caisse : le personnel doit être polyvalent», estime-t-il.

Formation- Awa Bagayoko, teint noir, taille fine, est pâtissière. «J’ai reçu une formation à Azalai hôtels. C’est après avoir travaillé un certain temps là-bas que je suis venue ici», relate-t-elle. Le secteur est pourvoyeur d’emplois, confirme-t-elle. Le quadragénaire Alkassoum Maïga est dans l’événementiel (sono, caméra, lumière, photo et vidéo). Après avoir passé 10 ans en France, il rentre au pays.

«Dans le domaine, les opportunités sont nombreuses et la restauration reste un domaine porteur», confirme-t-il. Après une journée laborieuse, les gens cherchent où s’asseoir la nuit pour discuter, passer du bon temps. À chaque fois qu’un nouvel endroit ouvre, c’est la ruée vers, constate-t-il. «J’ai des amis qui sont dans la restauration, il arrive qu’ils manquent de place pour les clients et surtout de parking pour leurs véhicules», explique Alkassoum Maïga.

Dr Kawélé Togola est professeur d’anthropologie au département de sociologie et d’anthropologie à l’Université des lettres et des sciences humaines de Bamako. Selon lui, cette situation est liée à un certain niveau de standing économique atteint par certains individus. «Cette prolifération des pâtisseries et restaurants modernes relève d’une occidentalisation du visage de notre société particulièrement de nos modes de consommations alimentaires», analyse l’universitaire.

Ce qui donne accès à un nouveau type de nourritures préparées selon des standards internationaux. On peut constater que ceux qui servent dans ces restaurants, dans la plupart des cas, on fait des formations qui attestent de leur expertise dans le domaine. Aussi, soutient l’universitaire, les gens ont le souci de leur santé : on estime en ce sens que ces derniers offrent de la nourriture dans un cadre hygiénique, propre et saint.

Cette modernisation est un risque pour la nourriture locale. «Les mets nationaux, communautaires peuvent être négligées par rapport aux plats à caractère occidental et autres», explique Dr Kawélé Togola. Il suggère que nos mets soient revalorisés pour répondre aux normes internationales. Ce conseil est pertinent. Car, il n’est pas rare d’entendre une certaine classe de citoyen dire : «Je mange indien ce soir», «japonais» à SushiTimeBamako, «italien», «chinois»…

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

APPEL A CANDIDATURES « Prix Oumar Diallo » pour les jeunes journalistes 6e édition

Radio, presse écrite et en ligne
Termes de référence du concours – Modalités générales

Lire la suite

Blog

Lettre ouverte à messieurs les chefs d’État de la Cedeao

Messieurs les chefs d’État,

Avec toutes mes excuses et la déférence due à votre rang, j’ai à cœur de vous parler de la situation de crise multidimensionnelle qui sévit dans mon pays depuis janvier 2012, -près de 10 ans déjà- et de la lecture peu heureuse que vous, au sein de la Conférence des chefs d’État de la CEDEAO, en faites, avec une certaine altération des idéaux de notre organisation régionale d’intégration.

Lire la suite

Ecoutez

« DIS ! » Le Débat Interactif du Soir

Thème : Les nouvelles autorités de la transition peuvent-elles venir à bout de l’insécurité grandissante ?

13 Juillet


JÒ KÓNO

 

Réécoutez votre émission de débat politique en bambara.

Dans JÒ KÓNO, Moussa Timbiné reçoit M. Nouhoum Togo, Président de l’Union pour la Sauvegarde de la République.

13 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2022