Samedi 24 Février 2024

Malgré le départ de FireFinch : Morila S. A. continue à produire de l’or

Malgré le retrait de l’actionnaire principale de la mine d’or de Morila S. A. FireFinch, l’usine continue sa production d’or pour le bonheur des Maliens.

Du 13 au 15 décembre 2022, une équipe de journalistes composée de la presse écrite, parlée et audio-visuelle a effectué une visite de terrain sur le site pour voir le fonctionnement de la chaîne de production, notamment la carrière en passant par l’usine et les installations. A cette occasion, la direction de la mine a animé une conférence de presse couplée à la remise des attestations de formation aux enseignants, des produits pour les albinos et de don de vivres aux vielles personnes des communes proches de la mine d’or.

Selon Drissa Arama, directeur général de la mine de Morila, l’objet principal de cette conférence de presse est d’informer l’opinion nationale et internationale que malgré l’arrêt du financement par la compagnie principale FireFinch, la mine de Morila continue à exister et continue à produire pour le Mali. Pour lui, Morila traverse une période difficile et les travailleurs sont inquiets. « Alors, nous demandons à l’Etat de venir à notre secours parce que la motivation principale qui nous retient ici c’est le Mali. Quand la mine s’arrête aujourd’hui, plus de 2 milles employés qui travaillent pour la mine seront en chômage», a-t-il expliqué. Avant d’ajouter que  la mine de Morila fait beaucoup d’autres contributions au Mali, aux communautés locales qui vont tous sentir les conséquences. « Nous demandons aux Maliens de ne pas se désespérer et nous allons prouver que les Maliens sont capables d’entretenir une mine, de faire quelque chose pour que cette mine continue à exister et à contribuer à l’économie malienne, ainsi qu’au développement de la communauté locale. Nous allons développer différentes actions avec de nouveaux investisseurs pour que la mine puisse continuer à marcher dans la profitabilité», a indiqué le directeur général, Drissa Arama.

Pour sauver la mine de Morila S.A., le conférencier a sollicité le soutien de l’Etat sur certaines questions, notamment le redressement fiscal, la compensation des crédits TVA et des exonérations sur le carburant pour soulager les dépenses afin que la mine puisse continuer à exister et pouvoir contourner la flambée des produits comme les réactifs. « Compte tenu de la conjoncture actuelle dans le monde, nous voulons que l’Etat nous aide à relever le défi.  Nous avons eu la visite des différents départements à Morila pour recenser les difficultés et je pense qu’ils sont prêts à nous aider pour que Morila puisse continuer à exister. Nous sollicitons la mise à disposition d’une convention avec des exonérations sur le gasoil, car la mine de Morila consomme environ 90 milles litres par jour, la procédure de redressement fiscal entamée par l’Etat dans les exercices des années 2017, 2018 et 2019 contre Morila soit abandonnée, les exonérations d’une ou deux années sur les produits réactifs que nous consommons ici comme la cyanure, la soude caustique et les boules qui sont les éléments de base de notre opération, mais qui coûtent très chèr,   les exonérations sur les crédits TVA et la compensation de 19 milliards de crédits TVA de Morila à l’Etat», a souhaité le premier responsable de la mine de Morila S. A., Drissa Arama. Au niveau de l’usine, Abdrahamane Coulibaly, un technicien de l’usine, a indiqué que l’usine peut produire 48 à 52 kg d’or par semaine. A l’en croire, l’objectif assigné par les travailleurs est de produire 248 kg d’or pour le mois en cours.

Œuvres humanitaires

En plus du paiement des taxes pour le développement des communes, selon le directeur du développement communautaire de la mine, Mamadou Dembélé,  la mine de Morila accompagne les communautés locales à l’occasion des différents évènements en offrant des bœufs, moutons et des enveloppes selon la nature de chaque événement. Le jeudi 15 décembre 2022, la direction de la mine a procédé à la remise des attestations de formation à 186 enseignants pour améliorer la qualité de l’enseignement dans les communes aux alentours de la mine. A cette occasion, la direction de Morila S. A. a offert deux types de pommades aux albinos et des vivres composés notamment du sucre, de spaghetti, de l’huile, du riz, du maïs aux vielles personnes des différentes communes aux alentours de la mine, en présence des maires et du sous-préfet de Sanso, Tayourou Coulibaly.

Moussa Dagnoko   

Source: Le républicain

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Mon analyse personnelle sur le projet de constitution :

A prime abord, on remarquera que la constitution n’est pas nouvelle car elle ne met pas sur pied une nouvelle république mais elle  se contente de modifier la constitution actuelle en y ajoutant d’autres institutions.

Lire la suite

© Dépêches du Mali 2012 - 2024