Dimanche 21 Avril 2024

Lutte contre la corruption : Les avancées présentées à la société civile

De 50 en 2020, le nombre de saisines reçues par le Bureau du Vérificateur général est passé à 64 en 2021. Sur ces 64, 23 ont fait l’objet de programmation de mission de vérification financière et d’une évaluation de politique publique, 5 ont été classées et 36 sont en cours de traitement.

Ces saisines proviennent du gouvernement, des citoyens et des associations de lutte contre la corruption et la délinquance financière. Elles sont relatives à la gestion des services et organismes publics, dont les collectivités territoriales.

C’est ce qui ressort du rapport annuel 2021 du Vérificateur général, présenté à travers un atelier, vendredi dernier, au Conseil national de la société civile et ses organisations membres. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, Mahamadou Kassogué.

C’était en présence de son collègue de la Refondation de l’État, chargé des Relations avec les institutions, Ibrahim Ikassa Maïga. Cet atelier de dissémination du rapport annuel 2021 s’inscrit dans le cadre de la célébration de la Semaine nationale de lutte contre la corruption. L’objectif recherché étant d’asseoir une lecture analytique des résultats d’une année complète de vérification et d’évaluation de politiques publiques.

Selon le rapport, au titre de 2021, le Bureau du Vérificateur général a réalisé 33 missions reparties entre 20 vérifications financières et de conformité, 4 vérifications de suivi des recommandations et une évaluation de politique publique. Elles ont concerné des services centraux, des organismes personnalisés, des collectivités territoriales et la gestion du fonds Covid-19.

Ce rapport est un fruit consolidé tenant compte des saisines de la société civile et de celles du gouvernement dans le cadre de la stratégie globale de lutte contre la corruption engagée par les autorités de la Transition, a expliqué le Vérificateur général. Cette approche répond, de l’avis de Samba Alhamdou Baby, au souci du Conseil national de la société civile de contribuer au mieux à l’assainissement de la gestion des ressources publiques.

Un défi qui sera relevé avec l’implication de tout le monde, a étayé Mme Barry Aminata Touré. À ce propos, la secrétaire générale a assuré de l’implication de la société civile.

Le Garde des Sceaux a signalé quelques avancées significatives qui prouvent, à suffisance, la détermination des autorités de la Transition à lutter efficacement contre la corruption. Au plan institutionnel, Mahamadou Kassogué a cité la création du Pôle national économique et financier avec une compétence nationale et un procureur de la République spécial, et de l’Agence de recouvrement et de gestion des avoirs saisis ou confisqués.

Cette Agence favorisera le recouvrement par l’État des biens frauduleusement sortis de son patrimoine. Son avènement renforce ainsi le dispositif institutionnel regroupant à la fois les organes juridictionnels, les structures de contrôle et de vérification, les différentes structures de renseignements…

Autre avancée, c’est qu’aucun rapport de contrôle ou de vérification ne peut être désormais classé sans suite par le Pôle national économique et financier, sans des enquêtes préalables de la Brigade économique et financière.

Le ministre Mahamadou Kassogué a annoncé qu’il est également prévu, dans le cadre de la relecture du Code de procédure pénale, la suppression de l’opportunité de poursuites du procureur de la République permettant à celui-ci de classer sans suite les procès-verbaux d’enquête préliminaire. Le Pôle judiciaire spécialisé contre la cybercriminalité, qui constitue un terreau favorable à la corruption, a été également créé.

Source : l’Essor

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Mon analyse personnelle sur le projet de constitution :

A prime abord, on remarquera que la constitution n’est pas nouvelle car elle ne met pas sur pied une nouvelle république mais elle  se contente de modifier la constitution actuelle en y ajoutant d’autres institutions.

Lire la suite

© Dépêches du Mali 2012 - 2024