Samedi 22 Juin 2024

La pauvreté, chaque famille en souffre : Mais que faire, quand l’argent ne circule pas ?

La vie au quotidien devient de plus en plus difficile. Car, la pauvreté a atteint un niveau où toutes les familles sont  quasiment touchées. Cette réflexion, nous la voulons objective et surtout réaliste mais non le fruit d’une  émotion.

 Nous voulons être fidèle au concept de  la plume qui touche aux faits et à la vie de la population au quotidien, loin de toute considération sentimentale, encore moins partisane.

De sorte que  si l’on apprécie,  avec une conscience pure,  la vie au quotidien du malien, le constat qui se révèle à nos  yeux, est la suivante : la population dans sa grande majorité est pauvre. Tout le monde pleure, puisque l’argent ne circule plus. Si l’on retire de Bamako la capitale, pour estimer le degré de la pauvreté dans les villages et campagnes, l’on constate qu’il est pire. Les riverains de Bamako, sont  autant  touchés que  les résidents de la cité des trois caïmans.

S’il est vrai que dans la capitale, certains savent bien  jongler pour arrondir les  fins de mois, il est aussi une évidence que  beaucoup de bamakois  sont parmi ceux qui ne parviennent plus à assurer les deux plats au quotidien.  C’est simple de le confirmer ! Puisqu’il suffit  seulement de  savoir combien  les Chefs de  familles sont  quotidiennement  attristes et angoissés dans la recherche du gain. Ces responsables de famille  ne dorment plus normalement, tant  ils sont absorbés par l’idée de  quoi dire à leurs épouses à propos de la popote.

Certaines femmes, sur le chemin des marchés, sont presque affolées. Elles ne savent plus à quel saint se vouer.  Que dire du vrai panier de la ménagère ? Les produits sur le marché sont devenus très chers.  Même un billet de mille francs CFA  n’a plus de valeur, sauf pour les petits déjeuners. Avec un peu de dépenses, il est parti.  Les gens  qui sont en location n’arrivent plus à faire face au loyer. Nombreux sont les gens qui sont stressés par la baisse voir la perte de leur pouvoir d’achat. Les dettes dues au  retard du payement de loyer  s’accumulent.

Qu’en est-il de la frange juvénile ?  La majorité des jeunes sont, actuellement,  en quête d’emplois. Ils font partie de la population la touchée par la misère qui tend à devenir endémique. Il leur est  même difficile de consommer  du  thé comme d’habitude. Les courageux parmi eux interviennent dans des chantiers de construction pour y servir de manœuvres journaliers. Ce sont généralement de petites prestations ponctuelles d’une à deux semaines.

Le monde de l’hôtellerie et du tourisme est au rouge.  Les restaurants, maquis et bars qui étaient  naguère animés,  ne sont plus trop fréquentés par leurs fidèles clients, simplement parce qu’ils sont touchés par la pauvreté. Concernant les entreprises de prestation de services, la tendance économique  est au ralenti. Rien ne bouge quasiment. Mais Tout  le monde  s’accroche. Mais l’argent ne circule plus  alors que  la pauvreté sévit.  Que reste-t-il alors ?

Il faut maintenant  prier pour  que l’on au moins en bonne santé. Sinon, en cas de maladies, les ordonnances resteraient certainement  impayées. Et la suite est bien connue ! Que DIEU nous sauve, en attendant   une  amélioration de la situation.

Monoko Toaly, Expert en Communication et Marketing Politique

Source : Le Pélican

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Mon analyse personnelle sur le projet de constitution :

A prime abord, on remarquera que la constitution n’est pas nouvelle car elle ne met pas sur pied une nouvelle république mais elle  se contente de modifier la constitution actuelle en y ajoutant d’autres institutions.

Lire la suite

© Dépêches du Mali 2012 - 2024