Lundi 30 Janvier 2023

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Visa d’entrée en France : Des passeports diplomatiques maliens recalés en vrac

Cela ne fait l’ombre d’aucun doute, le Mali officiel est en train de ressentir les contrecoups de l’expulsion de l’ambassadeur de France au Mali, S. E. Joël Meyer, le 31 janvier 2022, pour des “propos outrageux” de deux membres du gouvernement français à l’égard des autorités maliennes de la Transition, avec la mise en pratique de mesures d’accès limité au visa français.

 

Comme la réponse du berger à la bergère, le Consulat général de France à Bamako excelle dans la rétorsion contre des officiels maliens, dont les demandes de visa sont presque toutes refusées, en cette période de vacances où les besoins de voyages vont crescendo.

Et si par extraordinaire, un officiel voyait le visa apposé sur son document de voyage, sa durée de séjour ne dépasserait plus de 15 jours alors que celle-ci, précédemment, pouvait aller jusqu’à trois mois. Et comme pour corroborer l’assertion qui dit qu’un malheur ne vient jamais seul, on a l’impression que tous les pays de l’Union européenne se sont passés le mot pour durcir les conditions d’entrée dans l’espace Schengen aux ressortissants maliens. En tout cas, le détenteur du passeport diplomatique malien est presque systématiquement refusé d’entrée sur le territoire français alors que son compatriote, titulaire d’un passeport ordinaire, tire son épingle du jeu pour peu qu’il soit en règle vis-à-vis de la législation française en la matière.

Du coup, c’est la peine dans certains milieux. Beaucoup de rendez-vous médicaux ou d’affaires semblent donc désormais tributaires de la détente entre Bamako et Paris. En attendant, les plus optimistes et les plus dégourdis pourraient toujours user de subterfuges pour échapper aux mailles du filet, comme par exemple acquérir une autre nationalité pour éviter les sauts d’obstacles.

 

Source : Aujourd’hui-Mali

Cela ne fait l’ombre d’aucun doute, le Mali officiel est en train de ressentir les contrecoups de l’expulsion de l’ambassadeur de France au Mali, S. E. Joël Meyer, le 31 janvier 2022, pour des “propos outrageux” de deux membres du gouvernement français à l’égard des autorités maliennes de la Transition, avec la mise en pratique de mesures d’accès limité au visa français.

Comme la réponse du berger à la bergère, le Consulat général de France à Bamako excelle dans la rétorsion contre des officiels maliens, dont les demandes de visa sont presque toutes refusées, en cette période de vacances où les besoins de voyages vont crescendo.

Et si par extraordinaire, un officiel voyait le visa apposé sur son document de voyage, sa durée de séjour ne dépasserait plus de 15 jours alors que celle-ci, précédemment, pouvait aller jusqu’à trois mois. Et comme pour corroborer l’assertion qui dit qu’un malheur ne vient jamais seul, on a l’impression que tous les pays de l’Union européenne se sont passés le mot pour durcir les conditions d’entrée dans l’espace Schengen aux ressortissants maliens. En tout cas, le détenteur du passeport diplomatique malien est presque systématiquement refusé d’entrée sur le territoire français alors que son compatriote, titulaire d’un passeport ordinaire, tire son épingle du jeu pour peu qu’il soit en règle vis-à-vis de la législation française en la matière.

Du coup, c’est la peine dans certains milieux. Beaucoup de rendez-vous médicaux ou d’affaires semblent donc désormais tributaires de la détente entre Bamako et Paris. En attendant, les plus optimistes et les plus dégourdis pourraient toujours user de subterfuges pour échapper aux mailles du filet, comme par exemple acquérir une autre nationalité pour éviter les sauts d’obstacles.

Source : Aujourd’hui-Mali

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Lettre ouverte à messieurs les chefs d’État de la Cedeao

Messieurs les chefs d’État,

Avec toutes mes excuses et la déférence due à votre rang, j’ai à cœur de vous parler de la situation de crise multidimensionnelle qui sévit dans mon pays depuis janvier 2012, -près de 10 ans déjà- et de la lecture peu heureuse que vous, au sein de la Conférence des chefs d’État de la CEDEAO, en faites, avec une certaine altération des idéaux de notre organisation régionale d’intégration.

Lire la suite

Ecoutez

« DIS ! » Le Débat Interactif du Soir

Thème : Les nouvelles autorités de la transition peuvent-elles venir à bout de l’insécurité grandissante ?

13 Juillet


JÒ KÓNO

 

Réécoutez votre émission de débat politique en bambara.

Dans JÒ KÓNO, Moussa Timbiné reçoit M. Nouhoum Togo, Président de l’Union pour la Sauvegarde de la République.

13 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2023