Mardi 28 Mai 2024

Sénégal : La justice ordonne la réintégration d’Ousmane Sonko sur les listes électorales

Le feuilleton juricopolitique autour du leader de l'opposition sénégalaise Ousmane Sonko connaît un nouveau rebondissement en faveur de ce dernier.

 En effet, le Tribunal de Grande instance de Dakar a ordonné ce jeudi 14 décembre, la réintégration d’Ousmane Sonko sur les listes électorales. Cette décision judiciaire capitale remet dans la course l'opposant qui avait été radié des listes après avoir été condamné à deux ans de prison en Juin dernier dans une affaire de moeurs. Il a désormais jusqu'au 26 décembre pour déposer sa candidature et recueillir ses parrainages selon les textes en vigueur au Sénégal.

Toutefois, il convient de souligner que l'État peut déposer un recours des devant la Cour suprême. Mais, selon Me Ciré Clédor Ly, l'un desavocats de Sonko, « ce recours n'est pas suspensif » Avant de donner des précisions en rappelant qu'en la matière «le code électoral est très clair. Lorsque le juge rend sa décision, cette décision doit être immédiatement exécutée», a-t-il assuré.

À noter qu'Ousmane Sonko a été écroué fin Juillet sous d'autres chefs d'inculpation, dont «appel à l'insurrection, association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et atteinte à la sûreté de l'État» 

Les prochains jours voire semaines nous ediefiront sur le sort du maire de la ville de Ziguinchor non moins président du parti Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l'éthique et la fraternité (Pastef) jusqu'à sa dissolution en juillet 2023.

Aboubacar TRAORE

Source : l’Essor

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Mon analyse personnelle sur le projet de constitution :

A prime abord, on remarquera que la constitution n’est pas nouvelle car elle ne met pas sur pied une nouvelle république mais elle  se contente de modifier la constitution actuelle en y ajoutant d’autres institutions.

Lire la suite

© Dépêches du Mali 2012 - 2024