Mardi 23 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Le président de la jeunesse URD, Abdrahamane Diarra, tacle Moussa Mara : « Ce monsieur qui commence sérieusement à perdre la tête, est un petit prétentieux…»

Le président de la jeunesse de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) -principal parti de l’Opposition-, Abdrahamane Diarra, a tiré à boulets rouges sur le président du parti Yelema, Moussa Mara.

Par un post sur son compte Facebook, il n’a manqué de traiter l’ancien Premier ministre d’IBK de tous les noms d’oiseaux. Morceaux choisis !

« Chers amis, parlons très sincèrement du cas Moussa Mara, Ce Monsieur commence sérieusement à perdre la tête. Au-delà de l’ambition qui est tout à fait normale chez une personne, Moussa Mara est un petit prétentieux, qui s’est accidentellement trouvé à la Primature comme Premier Ministre du fait de l’incapacité d’IBK à choisir un remplaçant à Oumar Tatam Ly, contre toute logique démocratique. Malgré tout, au lieu de saisir cette opportunité pour honorer la Jeunesse malienne, il a par son entêtement dégradé la fragile sortie de crise en livrant les honnêtes serviteurs de l’Etat (civiles et militaires) à la mort un certain 17 mai 2014 à Kidal. Ce garçon est atteint de boulimie du pouvoir, mais s’y prend mal pour assouvir sa soif de pouvoir due à son inconstance et à ses nombreuses incohérences, preuves de son instabilité psychiatrique. Tantôt il se présente comme un homme riche parce que Monsieur Sekou Diarra fondateur de la société d’expertise comptable Diarra (SEC DIARRA) l’a adopté en lui donnant des parts dans sa boîte, et pourtant va savoir sa gestion à la Primature. Moussa Mara est égocentrique, il aime s’associer avec les autres mais lorsque le groupe ne le met pas à sa tête il trouve toujours une occasion pour le saboter, il est tout simplement malhonnête ( PUR en 2012 et les 12 en 2018). Il ne lui a pas suffi de passer son temps pendant la campagne à s’en prendre à certains hommes politiques dignes et plus patriotes que lui, au lieu d’assumer son mauvais choix de s’allier à quelqu’un d’autre. Il commence à disjoncter et à se promener dans les rues en tenant des balivernes aux populations. Non, ce garçon a besoin d’assistance psychiatrique en toute urgence. Comment comprendre que ce garçon, après avoir traité IBK de tous les maux d’Israël, se reconvertit en défenseur de ce dernier et tenez-vous bien avec 0 franc d’honoraires. Non il doit respecter les gens et s’assumer au lieu d’errer dans la nature. Ce garçon fait tout simplement honte à l’élite politique malienne. Soyons responsables tout simplement ». No comment !

Tientigui

Source : Le Démocrate 20 Sep 2018

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Ministres sans portefeuille

22 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

22 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018