Mardi 23 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Me Mohamed Aly Bathily : « Les membres de la Cour Constitutionnelle qui ont violé l’article 8 de la Cour, doivent aller en prison et IBK doit être poursuivi pour haute trahison… »

Respecter le vote des Maliens, la démission des membres de Cour Constitutionnelle pour forfaiture, la libération de Bourama Diarra et autres étaient l’objectif de la marche pacifique de l’opposition démocratique et républicaine du Mali et de la société civile, le samedi 15 septembre 2018 à Bamako.

Des milliers de personnes se sont mobilisées pour la cause pour dénoncer la fraude électorale honteuse dans une démocratie acquise dans le sang et à coût de vies. Pour l’avocat et ancien ministre Me Mohamed Aly Bathily, l’actuel président de la République Ibrahim Boubacar Kéita (IBK) doit être poursuivi pour haute trahison.

Ni l’opposition, ni la société civile ne décolère contre la fraude électorale cautionnée par la Cour Constitutionnelle en proclamant le candidat Ibrahim Boubacar Keita vainqueur de la mascarade électorale. Malgré cette proclamation par la Cour Constitutionnelle et même investi par la Cour Suprême comme président de la République du Mali pour un second quinquennat, Ibrahim Boubacar Keita n’est toujours reconnu par bon nombre de ses camarades candidats et les citoyens vainqueurs de ce scrutin. Le nombre de marches de contestation contre sa réélection confirme ce désaccord du peuple qui était encore dans les rues ce samedi 15 septembre 2018 pour dire non à la fraude électorale et plus jamais ça au Mali.

C’est à la place de Liberté que les manifestants se sont regroupés avant de se diriger vers la Bourse du travail, le lieu symbolique de la démocratie malienne. Les responsables politiques en général et des candidats en particulier étaient à ce rendez-vous. Sur les banderoles et les placards des manifestants on pouvait lire des propos tels que « A bas le président de facto ; sauvons notre démocratie ; libérez Bourama Diarra…».

Me Mohamed Aly Bathily, pour sa part, a appelé les Maliens à rester debout face à la fraude pour que plus jamais elle ne se reproduise. Il n’a pas manqué de rappeler que « les membres de la Cour Constitutionnelle ont violé l’article 8 de la Cour et ils doivent aller en prison conformément aux articles 72, 73, 77 et 78 du code pénal malien ». A en croire Me Bathily : « IBK doit être poursuivi pour haute trahison et complice de la violation des lois ».

Pour le chef de file de l’opposition, l’Honorable Soumaila Cissé, « cette lutte est celle pour la réalité des libertés démocratiques, le respect du vote ». Il réaffirme son engagement pour ce combat pour qu’il n’y ait jamais plus fraude dans une élection au Mali. « Nous luttons parce que nous voulons que notre pays aille de l’avant. Le Mali ne peut pas s’arrêter à une élection, à un président, à un gouvernement. Le Mali c’est pour le peuple et le peuple malien veut la vérité », a conclu le chef de file de l’opposition.

Rappelons que Paul IsmaelBoro et Moussa Kimbiri qui avaient été interpelés extra judiciairement dans des conditions inhumaines et libérés par la suite, ont pris part à cette marche. Chacun d’eux a remercié leurs camarades de lutte pour la restauration de la démocratie et le combat de leur libération. Pour Paul, rien ne les trompera dans leur lutte. « Ces quelques jours passés en détention illégale ne nous découragerons pas. Au contraire, ça nous rend forts », a-t-il laissé entendre à sa prise de parole sur le podium.

Une autre marche est prévue pour le 21 septembre prochain.

Oumar SANOGO

Source: Le Démocrate

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Ministres sans portefeuille

22 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

22 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018