Mardi 23 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Boursiers de 2016-2017 : Les meilleurs étudiants sélectionnés pour des études au Ghana sont toujours au Mali

Les bénéficiaires des bourses d’études sur le Ghana de la promotion 2016-2017 se trouvent toujours au Mali en train de se battre pour recouvrer leurs droits, après avoir bénéficié de quelques mois de mise à niveau en anglais au Mali.

Cette situation fait perdre foi auxdits étudiants quant au développement même du Mali.

La paralysie de l’éducation malienne relève de plusieurs facteurs dont le principal provient des autorités en charge du domaine. La culture de l’excellence si elle n’est cultivée ou encouragée, c’est que les autorités éducatives leurrent le monde entier ainsi que les élèves et étudiants voire les parents d’élèves. Au lieu d’encourager en soutenant les meilleurs élèves et étudiants en leur attribuant des bourses d’études qui permettront de combler le fossé du manque de professeurs au sein de nos universités et grandes écoles, les autorités font au contraire des bourses, gracieusement offertes aux étudiants, un patrimoine privé en les détournant de leurs heureux bénéficiaires.

Depuis l’année universitaire 2017-2018, les trois meilleurs étudiants de chaque filière dans chaque université et grande école du Mali ont été sélectionnés pour une bourse d’études au Ghana. Avant le départ, ceux-ci ont bénéficié de quelques mois de formation de mise à niveau en Anglais au Mali, à l’issue de laquelle, leur départ devrait être programmé comme promis. Paradoxalement, ces étudiants se trouvent au Mali dans une attente sans espoir. Ils déchirent chemises et chaussures derrière les autorités sans arriver à une explication probante.

À leurs dires, ils sont rentrés en contact avec les autorités administratives de leurs établissements respectifs, avec le coordinateur national de l’AEEM, avec le Médiateur de la République, mais rien que des explications décevantes. Pire, au sein du ministère de l’Éducation, des gens se trouvent sans aucune connaissance de ce dossier. Contents au départ, ces étudiants sont aujourd’hui mécontents de cette situation aucunement encourageante. Beaucoup ont d’ores et déjà perdu espoir, mais n’entendent point baisser les bras et continueront à se battre pour qu’ils soient mis dans leurs droits.

Fousseni TOGOLA

Source: Le Pays

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Ministres sans portefeuille

22 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

22 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018