Annonce de la mort d’Adnane Abou Walid al-Sahraoui : La France dans une quête de légitimité ?

Publié le 17 septembre
Source : Le Pays

Près d’un mois après les premières annonces, la France affirme avoir « neutralisé » Adnane Abou Walid al-Sahraoui, le fondateur et chef du mouvement terroriste État islamique dans le Grand Sahara (EIGS).

Cette annonce est faite au moment où les autorités maliennes sont en discussion avancée avec la société russe Wagner.

Les forces françaises ont tué le dangereux chef terroriste, fondateur et chef du mouvement terroriste État islamique dans le Grand Sahara (EIGS). Telle est l’information donnée par le président français, Emmanuel Macron, sur twitter. « Adnane Abou Walid al-Sahraoui, chef du groupe terroriste État islamique dans le Grand Sahara a été neutralisé par les forces françaises », a annoncé Emmanuel Macron qui a indiqué qu’il « s’agit d’un nouveau succès majeur dans le combat que nous menons contre les groupes terroristes ».

Adnane Abou Walid al-Sahraoui annoncé mort depuis le 23 août

Depuis le 23 août dernier, la mort entre Ménaka et le Niger, du fondateur et chef du mouvement terroriste État islamique dans le Grand Sahara, Abou Walid al-Sahraoui, a été annoncée par plusieurs sources. « J’ai appris de sources généralement crédibles qu’Adnane Abou Walid Assahrawi fondateur et Chef de l’EIGS a été tué hier entre Ménaka et le Niger », a écrit Fahad Ag Almahmoud, secrétaire général du Gatia, sur ses comptes Facebook et twitter, le 23 août dernier.

Au-delà du Mali, certains médias, en Algérie et au Niger, notamment The Atlas Times et Info militaires, ont confirmé l’information. « Des sources généralement bien informées qu’Adnane Abou Walid Assahrawi, fondateur et Chef de l’EIGS a été tué hier, lundi 23 août, quelque part entre Ménaka et le Niger dans le triangle des 3 États : Burkina Faso-Niger -Mali au cœur du sahel », a-t-on lu sur la page twitter de The Atlas Times, un média algérien. Le média social nigérien info militaires a aussi confirmé la mort du chef de l’EIGS. Ce média a donné plus de détails sur les circonstances de la mort d‘Adnane Abou Walid Assahrawi. « Info militaires vient d’apprendre auprès d’une source généralement crédible qu’Adnane Abou Walid Assahrawi fondateur et Chef de l’EIGS a été tué le dimanche entre Ménaka et le Niger lors d’une opération coordonnée par les armées algériennes », a-t-il précisé.

Quelle force a donc neutralisé Adnane Abou Walid al-Sahraoui et quand a-t-il été tué ? Même si les premières sources qui ont annoncé la mort de ce dangereux chef terroriste sans indiquer par qui, Macron, lui, a précisé que ce sont les forces françaises qui l’ont neutralisé.

Une opération de communication ?

Le président français a fait cette annonce de la mort d’Adnane Abou Walid al-Sahraoui au moment où les autorités maliennes sont en négociation avec la société privée russe, le groupe Wagner pour la lutte contre l’insécurité. La France, frustrée, a menacé de retirer ses troupes au Mali à la signature de ce partenariat. Au Mali, une intervention russe, qu’elle celle de l’État ou des mercenaires, est beaucoup applaudie par bon nombre de citoyens. La France est consciente de cette réalité. L’annonce, par Macron, de l’assassinat Adnane Abou Walid al-Sahraoui est-elle une opération de communication pour séduire les nombreux Maliens qui réclament son départ ? Si c’est vrai que ce sont les forces françaises qui ont abattu ce chef terroriste, pourquoi ne pas donner plus de détails sur la date, le lieu et les circonstances de sa mort ? Et si c’est vrai qu’il a été neutralisé depuis le 23 août, pourquoi attendre ce moment précis pour faire l’annonce ? La France, semble-t-il, être dans le désespoir depuis l’annonce de l’arrivée du groupe Wagner et semble, à travers cette annonce, séduire ceux qui sont hostiles à elle ou ceux qui pensent qu’elle n’a pas de résultat.

B. Guindo

Source: Le Pays

Commentez avec facebook