Éducation : La rentrée scolaire aura-t-elle lieu comme prévu ?

Publié le 29 septembre
Source : SOLONI

Selon le chronogramme du département en charge de l’éducation, la rentrée scolaire 2022-2023 est prévue pour le 3 octobre 2022 sur toute l’étendue du territoire national.

Si la date, telle qu’annoncée, arrive à galop, la question et non pas la moindre qu’on est tenté de se poser est de savoir si cette rentrée sera effective sur l’ensemble du territoire national.

On se souvient encore de cette polémique   autour de la date de cette rentrée. Finalement, il a fallu un point de presse de la Ministre de l’Education Nationale Madame Sidibé Dédéou Ousmane pour donner des éclaircissements sur ce sujet  qui enflammait la toile et les médias.  C’est justement au cours de ce point de presse que la Ministre parlera de la date du  16 septembre 2022, comme la rentrée administrative et le  03 octobre 2022, comme l’ouverture  des classes.  Il est évident qu’une rentrée  scolaire exige des préparations  de la part des parents, c’ est ce quiproquo avait plongé  plus d’uns  dans une peur bleue.

Au-delà, nul ne peut ignorer  que cette rentrée scolaire  est grandement menacée surtout pour celui qui se renseigne sur les sujets éducatifs du pays. A rappeler  que les syndicats des enseignants  signataires du 15 octobre 2016 avait  suspendu leurs grèves relatives à  la question de la grille unifiée à cause  des sanctions de la CEDEAO contre le Mali. En patriotes, c’était pour eux une manière  de témoigner leur solidarité envers la transition  et le pays.  Après la levée des sanctions, la situation  n’a bougé d’un iota. Les rencontres de négociations se programment et se reportent. Certaines rencontres ont été tenues mais sans suite  favorable. A quelques jours de la rentrée, le constat est bien triste,  rien n’est encore résolu. La situation  n’est-elle pas une menace contre une rentrée scolaire effective?  Les syndicats  des enseignants  ne sont pas prêts  à renoncer à leurs droits acquis au prix d’une lutte sanglante. Il est évident que  l’inertie des autorités  de la transition  face à  ce problème  pourra engendrer des conséquences  néfastes sur la rentrée.

A cela s’ajoute la situation des enseignants du District de Bamako. Ceux-ci, à travers un préavis, menacent d’aller en grèves à partir du 03 octobre 2022 pour non-paiement des rappels des années précédentes. Si toutes ces questions ne sont pas prises au sérieux, la rentrée scolaire pourrait  être un échec et risquerait de traîner l’année scolaire dans sa chute.

Par ailleurs, la Coordination des Associations de Promoteurs des Ecoles Privées au Mali ont adressé une demande ( Ref: 020221/ Coordination.023) le 26 septembre 2022, à  la ministère  de l’éducation  pour le report  de la rentrée scolaire jusqu’au 17 octobre 2022. Les raisons sont liées à  l’aspect  financier  car jusqu’à  présent, les subventions de l’année scolaire 2020-2021 ( frais scolaires et demi bourses) des écoles privées  de Sikasso  n’ont  pas été payées. Aussi, les paiements en frais de scolaires et demi-bourse  dans le District de Bamako, Sikasso, Tombouctou et Gao au titre de l’année scolaire 2021-2022 n’ont pas été effectués.

Certains établissements  du niveau Secondaire général ont reçu  les  paiements partiels en frais scolaires  mais tel n’est pas le cas des  établissements techniques et professionnels. Pour chacun d’eux, les paiements  la demi-bourse sont en attente.

La coordination  des associations de promoteurs d’écoles privées au Mali espèrent  aux paiements  de ces frais d’ici  le 17 septembre 2022. C’est une manière  pour eux, de rejeter non seulement  la date du 03 octobre 2022 prévue comme la rentrée scolaire  mais aussi  de conditionner  la nouvelle date aux paiements  des subventions. La Ministre de l’Education  Nationale pourra-t-elle  gérer ce problème à temps? Question dont elle seule ne peut  répondre. D’ici  là,  la rentrée scolaire  voire  l’année  scolaire  est menacée.  Le droit à l’éducation  pour tous les enfants  existe dans notre constitution. Alors, la tâche  revient aux autorités de mettre les enfants  dans leur  droit en faisant de l’école  malienne une priorité.

Outre ces réalités, il faut noter la fermeture des classes dans plusieurs localités du centre et du nord. Depuis la crise, les classes sont restées fermées dans plusieurs localités au centre. Les dispositions ont-elles été prises pour la réouverture de ces classes ? Aussi, le problème du pléthore d’enseignants dans les établissements des grandes villes et le manque crucial d’enseignants dans les localités reculées.

Autant d’inquiétudes sur  une rentrée réussie le 3 octobre prochain.

Adama B SAGARA

Source : SOLONI 29 Sep 2022

Commentez avec facebook