Jeudi 02 Février 2023

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Débrayage au sein de l’enseignement supérieur : Le non-respect des engagements pris par le gouvernement dénoncé par l’AEEM

Les démons de la grève sont-ils en train de faire surface au sein de l’espace universitaire du Mali ? Avec la série de grèves décrétées par le bureau de coordination de l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) dans les universités, grandes écoles et instituts, l’on peut répondre par l’affirmative que les étudiants du Mali retournent à leurs habitudes d’antan. En effet, depuis lundi 7 novembre 2022, la coordination de l’AEEM a déposé sur la table du gouvernement à travers le département de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, un préavis de grève de 6 jours.

La mise en exécution de cette série de grèves de 144 heures, selon la coordination de l’AEEM, fait suite à la non prise en compte par le gouvernement, de plusieurs revendications des étudiants restées sans suite favorable. A travers cette série de grèves commencée le 10 novembre dernier au niveau du supérieur et renouvelée le 14 novembre 2022, l’AEEM entend, selon ses responsables, mener la pression sur les autorités pour que soient satisfaites les différentes doléances déposées qui sont sans suite.

Parmi celles-ci, l’on retient le non-respect de certains engagements pris par le gouvernement lors des négociations suite aux préavis de grèves précédents, notamment le cadre de concertation, le déguerpissement des ordures, l’éclairage, la réhabilitation des campus préfabriqués. La coordination de l’AEEM dénonce aussi avec la dernière rigueur le retard constant et accru du paiement des allocations financières dans une grande majorité des institutions d’enseignements supérieurs (IES).

De plus, reproche l’AEEM à l’Etat malien, l’absence de connexion internet dans les IES. La coordination des élèves et étudiants indique aussi les difficiles accès aux moyens de transport par la grande majorité des étudiants depuis la mise en place de la politique des cartes de transport. Comme autre raison de la colère des étudiants, nous avons la situation de certains diplômés des IES non habilités par l’Agence malienne d’Assurance Qualité (AMAQ-SUP).

En outre, la lenteur dans la sécurisation de l’espace universitaire, toujours exposé à l’insécurité, est aussi dénoncée dans le préavis de grève de la coordination de l’AEEM. Il en est de même pour la lenteur de la décision permettant aux détenteurs de la Licence du système LMD de participer aux concours de la fonction publique, tout comme la non intégration des élèves professeurs de l’ENSUP à la fonction publique des collectivités, etc.

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Lettre ouverte à messieurs les chefs d’État de la Cedeao

Messieurs les chefs d’État,

Avec toutes mes excuses et la déférence due à votre rang, j’ai à cœur de vous parler de la situation de crise multidimensionnelle qui sévit dans mon pays depuis janvier 2012, -près de 10 ans déjà- et de la lecture peu heureuse que vous, au sein de la Conférence des chefs d’État de la CEDEAO, en faites, avec une certaine altération des idéaux de notre organisation régionale d’intégration.

Lire la suite

Ecoutez

« DIS ! » Le Débat Interactif du Soir

Thème : Les nouvelles autorités de la transition peuvent-elles venir à bout de l’insécurité grandissante ?

13 Juillet


JÒ KÓNO

 

Réécoutez votre émission de débat politique en bambara.

Dans JÒ KÓNO, Moussa Timbiné reçoit M. Nouhoum Togo, Président de l’Union pour la Sauvegarde de la République.

13 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2023