L'Afrique de l'Ouest face aux défis du climat et des prévisions météorologiques

Publié le 20 septembre
Source : RFI

Un forum sur le climat et les questions de météorologie se tient en ce moment à Abidjan. Des dizaines d'experts venus des pays membres de la Cédéao planchent sur la manière dont les prévisions météo et les alertes précoces 

Un forum sur le climat et les questions de météorologie se tient en ce moment à Abidjan. Des dizaines d'experts venus des pays membres de la Cédéao planchent sur la manière dont les prévisions météo et les alertes précoces en matière de fortes précipitations pourraient éviter les drames que l'on a connus récemment au Nigeria ou au Burkina Faso.

Il y a d’abord un constat global : le manque de moyens financiers et de personnel dédiés aux prévisions météo n'aide pas la plupart des pays de la Cédéao qui doivent évaluer, prévoir et anticiper les fortes précipitations chaque année.

« Les financements des infrastructures, c’est un problème dans toute l’Afrique, parce que sans infrastructures, on ne peut pas avoir de prévisions fiables, fournir des services fiables », regrette Daouda Konaté, directeur de la météorologie en Côte d'Ivoire.

« Il s’agit pour nous de savoir comment investir dans les services climatiques, les services météorologiques pour prévenir quand il y a des inondations, insiste-t-il. Puisque, plus on est avertis par les services climatiques, plus les services météorologiques ont des capacités, des techniques, des ressources humaines pour prévenir la catastrophe. Et en faisant des prévisions, des anticipations assez fiables, on n’arrive à éviter les pertes en vies humaines. »

Le directeur de la météorologie en Côte d'Ivoire appelle à de réels investissements pour développer le secteur. « Le message à apporter, c’est vraiment d’inviter les partenaires techniques financiers à investir dans les services météorologiques pour nous permettre de faire face justement à la réduction des risques de catastrophes. Nos techniciens, nos ingénieurs ont besoin de renforcement des capacités pour pouvoir mieux faire face à la connaissance d’abord du climat et puis, anticiper les changements qui vont arriver. On a besoin des formations également. Il y a un défi à ce niveau. »

Augmentation des extrêmes

Ensuite, il y a des phénomènes nouveaux de concentration des périodes pluvieuses, sans doute liés au changement climatique. Abdou Ali, hydrologue et chef du département Information et recherche au Comité inter-État de lutte contre la sécheresse au Sahel, le CILSS : « Ce qui se passe actuellement, c’est l’augmentation des extrêmes : soit de la sécheresse ou des inondations. C’est ce qui rend un peu difficile la question de l’adaptation au changement climatique parce que cela ne fait pas appel à un seul risque ».

Le manque de moyen en prévisions météo, les dysfonctionnements dans la chaîne de transmissions de l'information peuvent parfois entraîner des drames parmi les populations ouest-africaines, mais aussi avoir un impact catastrophique sur l'agriculture.

Le président d'honneur du Réseau des organisations paysannes et de producteurs agricoles de l'Afrique de l'Ouest (Roppa) et du Conseil national de concertation et de coopération des ruraux du Sénégal (CNCR,) Mamadou Cissokho, s'inquiète de la situation et des enjeux économiques que cela soulève. « Quand nous semons et qu’il y a quinze jours sans pluie, on perd les semis. Si nous faisons des cultures dans les bas-fonds et les inondations arrivent, on perd tout. Donc c’est d’abord un problème économique pour nous. Nous avons des problèmes pour accéder aux vraies informations à temps. Et cela nous coûte très cher ».

Source : RFI

Commentez avec facebook