Samedi 21 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés. A sa décharge il ne valait pas grand chose sous le régime de Moussa, en dehors du fait d'être un jeune qui voulait grimper la hiérarchie à tout prix. Ce sont des gens comme lui qui ont trahi tout le monde et le Mali en ne disant pas la vérité à Moussa par peur pour leurs postes.

Mercredi 13 février 1991 : Travaux de la commission ADHOC mise en place par le ministre de la défense, après la fermeture des classes suite au débordement des 21 et 22 janvier 1991.

"Moussa Traoré a fait à venir des militaires stationnés dans les régions. Si vous sortez l'armée va tirer sur vous" dit Choguel Maiga, secrétaire aux questions scolaires et universitaires au sein de la jeunesse de Moussa, en présence de leaders de l'AEEM dont Amadoun Ba, Boubacar Koné du Lycée Askia.

"Vas dire à Moussa que nous n'attendons que cela. Que s'il veut mobiliser notre armée payée par les impôts de nos pauvres parents, une armée composée de nos propres frères et pères, alors qu'il peut y aller. Cela ne nous fait pas peur. Mais toi Choguel, tu te déshonores et tu déshonores la jeunesse malienne. Comment peux tu accepter que le président de ton pays mobilise notre armée contre nous les jeunes. Comment peux tu te tenir ici et nous dire cela" Sur quoi j'essaie de monter sur la table pour aller boxer Choguel. Les gens me retiennent.

Des gars comme Choguel ont encouragé ou ont été incapables de s'opposer à lui alors qu'ils savaient tous qu'il allait commettre un massacre. C'est par peur de ce massacre qui impliquerait l'armée malienne que le ministre de la défense dans sa sagesse a créé une commission pour trouver une solution avant qu'il ne soit trop tard.

Quand j'ai posé la question à Moussa Traoré en 2008 au cours de notre rencontre, il m'a dit qu'il n'était pas au courant de l'incident du 13 février à la bourse du travail entre Choguel et moi. Il ne savait pas que nous savions avant même que ces délégués le fasse et que c'est cela qui le fera tomber en montrant sa vraie face aux maliens. L'homme qui ne devait durer que six mois en 1968, ne voulait plus partir après avoir renié sa parole de Bambara et son serment d'officier, justement à cause des courtisans qui avaient besoin de lui pour accéder ou rester au pouvoir.

Moussa n'aurait pas dû être le seul à se retrouver en prison pour crime de sang. Toute la hiérarchie de son armée et son parti l'UDPM étaient au courant du massacre qu'il s’apprêtait à commettre en souillant l'honneur du Mali et de ses braves soldats et hommes de rang qui étaient tous aussi misérables, mal payés et sous équipés que le reste de la population ».

-

Par Aguibou Koné, candidat à l'élection présidentielle malienne en 2018, Président du Mouvement A Yèlè (Ouvrir).

 

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018