Jeudi 16 Août 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Gouina : L’OMVS essuie les larmes des déplacées

En procédant à la remise des clés de 107 logements modernes… l’OMVS honore ainsi son engagement de reloger les ménages frappés directement par la réalisation du barrage hydroélectrique de Gouina (en région de Kayes). L’ouvrage produira environ 600 gigawatt/an d’électricité au bénéfice des 4 pays qui composent l’organisation l’OMVS : Le Mali, Le Sénégal, la Mauritanie et le Sénégal.

 

De notre envoyé à Gouina, David DEMBELE

 

618 déplacés ont reçu des clés de logements et des chèques de compensation, ce samedi 09 juin 2018, à la faveur d’une cérémonie abritée par la petite commune de Banganoura, dans la commune de Diamou, dans la région de Kayes.  

Placée sous la présidence du ministre malien de l’Energie et de l’Eau, Malick Alfousseini, l’évènement s’est voulu sobre mais plein de symbolique et s’inscrit parfaitement dans le cadre des actions de la division Projet de gestion environnementale et sociale de Gouina (PGES) de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS). 

Pour la circonstance, les populations des communes de Kayes, Diamou et Bafoulabé ont mis les petits plats dans les grands pour manifester toutes leur reconnaissance au Haut commissariat de l’OMVS.

A la tête d’une forte délégation venue de Dakar (où se trouve le siège de l’OMVS) Hamed Diane Semega ne pouvait pas contenir son émotion et en même temps sa satisfaction : « c’est l’aboutissement d’un exercice long et complexe que nous avons mené ensemble avec patience, rigueur, engagement et détermination ». Le Haut commissaire de l’OMVS de souligner toute l’importance du PGES qui permet d’atténuer les impacts négatifs des réalisations de l’organisation sur les populations.  

Que Gouina profite à tous !

La mise en œuvre du complexe hydroélectrique de Gouina procède de la volonté de rehausser les besoins énergiques des 4 pays de l’OMVS.

La réalisation du projet génère des impacts environnementaux et sociaux sur les populations riveraines. C’est pourquoi un dispositif d’accompagnement dénommé PGES a été mis en place par l’OMVS pour atténuer l’impact sur les populations.

 Malembelé, Dounfaïlo, Bougouda, Dogou et Foukara sont les villages directement touchés par les réalisations du barrage. Il fallait absolument reloger ces populations installées depuis des lustres sur les sites  qui abriteront dans quelques mois l’un des plus grands complexes hydroélectriques de la sous région ouest africaine. « Les sites de relogement vont conférer les conditions d’une nouvelle vie, d’un nouveau départ dans la vie pour plusieurs dizaines de ménages », assure le Haut commissaire, Hamed Diane Semega.

L’intérêt des populations locales, une priorité

1 690 ha de terres retenus par le projet, 3 000 personnes réparties en 564 ménages et 193 familles affectées, 618 personnes déplacées, environ 289 ha de forêt… ce sont là les inconvénients inhérents à la décision de mise en œuvre du complexe de Gouina.

Outre le village de Banganoura, des logements de types F4, F3 et F2 sont érigés à Foukara, Tambaloukoto et Talari  sur une superficie de 400 M2 avec les commodités de viabilisation (voirie, drainage, électrification, adduction d’eau potable…).

Aux 107 logements s’ajoutent 5 mosquées, 3 maisons communes, 3 centres de santé, 3 écoles de 12 classes, 5 dépotoirs d’ordures….

Le site de Banganoura, qui a abrité la cérémonie de remise de clés, compte lui seul 56 logements, deux mosquées, un centre de santé, une maison commune et une école de six classes.

Le coût total des infrastructures réalisées s'élève à plus de 3 Milliards F CFA.

Le patron de l’OMVS, par ailleurs ancien ministre de l’Energie du Mali, a exprimé le vœu de voir les bénéficiaires œuvrer à la pérennisation des infrastructures.

En plus des réalisations physiques, l’OMVS a adopté une mesure d’indemnisation des populations à hauteur de 300 Millions F CFA. S’ajoute une batterie de mesures dont la réalisation de périmètres maraîchers, la viabilisation de parcelles, le reboisement des sites, l’acquisition d’équipement pour les écoles et les centres de santé…

« Gouina, c’est l’avenir qui se construit »

« Cette zone où le barrage est en construction, c’est l’avenir qui se construit », souligne Semega avant d’ajouter : « Gouina c’est un nouveau jalon dans l’avènement du futur marché sous régional de l’énergie dont le réseau interconnecté de l’OMVS sera la pierre angulaire ».

Le Haut commissaire de l’OMVS a, au terme de son discours, partagé une grosse préoccupation : l’orpaillage. La pratique, s’inquiète-t-il, est devenue une menace sérieuse pour les ressources en eau de la Falémé et des autres affluents. Et Hamed Diane Semega d’exhorter les autorités administratives locales, centrales et coutumières d’œuvrer à sauvegarder l’environnement du bassin du fleuve Sénégal.

Le ministre malien de l’Energie et de l’Eau, Malick Alhousseini, a salué les efforts combien louables du Haut commissariat de l’OMVS, lequel, dit-il, « n’a ménagé aucun effort pour mettre en avant l’intérêt communautaire ».

L’allocution du représentant des déplacées a tourné en un véritable plaidoyer en faveur des siens qui n’ont pas bénéficié de logements. L’intervenant a tout de même annoncé que les plus chanceux occuperont leurs nouvelles habitations avant même la fin de la période d’hivernage (2018).

La remise symbolique de chèques de compensation à 3 bénéficiaires a mis fin à la cérémonie. Parmi eux, une femme fortement émue qui n’a pu contenir ses larmes.

Une visite guidée sur les chantiers de la centrale a suivi celle effectuée sur le site des logements de Banganoura. Le ministre de l’Energie et le Haut Commissaire de l’OMVS se sont félicités de l’état d’avancement des travaux prévus sur un délai d’exécution allant au-delà de deux ans.

Coulisse de Gouina

Seule fausse note de la cérémonie de Gouina, la présence des « Sans abris de l’OMVS », un regroupement de ceux qui estiment avoir été oubliés par le processus de recensement diligenté par la commission d’experts. Munis d’une pancarte géante estampillée « Les sans abris de l’OMVS »,  les « frondeurs » estimés à environ 200 selon leur porte parole, exigent de l’OMVS des logements.  

L’imam de Foukara, Mohamed Soumaré, marié depuis 2006, n’était pas sur place lors du recensement effectué en 2012. Depuis son retour en 2013 il exige sa part de logement et se fait depuis lors porte voix des sans abris… « Nous irons où ma famille et moi ? Je n’avais que cette habitation léguée par mes grands parents. Les autres ici sont dans le même cas », s’exclame-t-il.   

Les sans abris reprochent par ailleurs à l’OMVS la promesse de celle-ci de mettre seulement à disposition de certains un terrain vierge où tout est à faire.

Cet indicent n’a pas lieu d’être, selon Pape Ndiouga NDiaye, consultant en communication à l’OMVS : « la commission d’expert qui a élaboré la liste des bénéficiaires a travaillé en toute indépendance et dans la transparence via une approche strictement participative ». Néanmoins, ajoute l’expert, un processus de dialogue a été noué sur le long terme pour atténuer les effets collatéraux liés à l’implantation de la centrale. 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Moussa Mara, porte parole du candidat Cheick Modibo Diarra : « Si IBK est réélu, c’est l’argent qui l’a réélu sinon ce n’est pas son bilan »

Blog

« IBK sera battu au second tour ! »

En Afrique subsaharienne francophone, il y a une loi d’airain, à laquelle le Mali ne dérogera pas : un Président sortant qui est mis en ballotage pour un second tour sera immanquablement battu à la fin. Tract, avant le second tour, avait appelé à voter pour Soumaïla Cissé, dont nous sommes plus que jamais sûrs qu’il sera élu président de la République du Mali.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Candidat sans casier (rediffusion)

15 Août


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions]: Inondations meurtrières au Niger

15 AOût

© Dépêches du Mali 2012 - 2018