Mardi 18 Juin 2024

Sanankoroba : L’entreprise indienne de recyclage de batterie empoisonne la population

"Oui, bien sûr, je suis conscient de la pollution. Il s'agit d'une usine de recyclage", Kumar Jagdish, directeur de l'usine.

À Sanankoroba, localité située après Senou (sortie de Bamako) sur la route nationale 7 (RN7) qui mène à Sikasso au Mali, à la frontière du Burkina Faso et de la Côte d'Ivoire, les habitants se battent pour respirer un air pur et frais. Au recensement de 2009, la ville comptait plus de 37 361 habitants.

SAGL MALI Recyclers SARL, une société indienne située sur le côté droit de la RN7, à la périphérie de Sanankoroba, est dans l’œil du cyclone, accusée par les habitants de polluer l'air suite à ses activités et au rejet dans l'atmosphère de déchets toxiques provenant de son usine de recyclage de batteries.

Le 9 janvier 2024, The Colonist Report Africa s’y est rendu. Sur place, une forte et désagréable odeur emplissait l'air. Notre reporter a eu du mal à respirer et s'est senti mal à l'aise à cause de cette odeur étouffante. Rester longtemps dans cette zone peut potentiellement nuire à ses poumons et à la santé.

Les usagers de la RN7 cherchent désespérément un moyen d'éviter l'expérience désagréable de la traversée de cette zone. Le seul lycée de la ville, le Lycée Sanan, situé à environ 300 mètres, a du mal à faire face aux odeurs nauséabondes qui enveloppe la zone. A l’origine de ce mal être généralisée est l'usine de recyclage de batteries SAGL Mali Recyclers, qui fonctionne à plein régime et émet des fumées et de la pollution dans l'environnement. 

Plusieurs riverains de l'entreprise, dont des professionnels de la santé, ont fait part de leur expérience, et des employés actuels et anciens de SAGL MALI Recyclers ont raconté à The Colonist Report Africa les conséquences de l'activité de l'entreprise sur l'environnement. 

The Company's gate /Dave Dembele on January 9, 2024 for The Colonist Report Africa.

L'entreprise dispose de grandes clôtures, d'agents de sécurité et d'un portail sécurisé qui ne laisse entrer que les employés. Sans la permission d'un membre de la direction, une personne non invitée ne peut pas entrer. Il est donc difficile pour The Colonist Report Africa d'accéder aux activités de l'entreprise et de les observer. De plus, il n'est pas facile d'identifier de l’extérieur le nom de cette usine qui rejette ses déchets dans l'air car il n'y a pas de signe ou de nom sur la clôture ou le portail.

Les énormes tuyaux d'échappement de SAGL MALI Recyclers SARL ont été cités au loin, tournés vers le ciel et la cheminée, libérant la fumée noire répandue dans un rayon de plusieurs kilomètres - des substances qui, selon les habitants, ont un impact quotidien sur leur respiration et même sur les animaux.

Kumar Jagdish, directeur de l'unité SAGL MALI Recyclers, confirme la pollution mais affirme que l'entreprise respecte les règles. "Oui, nous respectons les règles", déclare-t-il.

"Oui, bien sûr, je suis conscient de la pollution. Il s'agit d'une usine de recyclage", a déclaré Jagdish à The Colonist Report Africa sur WhatsApp lorsqu'on lui a demandé s'il était au courant de la pollution de l'air.

Témoignages ahurissants

La fréquence élevée des maladies respiratoires et dermatologiques observée dans le Centre de santé de Sanankoroba démontre jusqu’où les riverains de l’usine SAGL Mali Recyclers sont fortement affectées par les activités de recyclage de batteries usagers.

Selon un agent du centre de santé de Sanankoroba, qui a souhaité garder l'anonymat par crainte de représailles, l'établissement reçoit fréquemment des cas de symptômes respiratoires ou dermatologiques aigus. "Chaque fois que cela se produit, nous référons les patients aux hôpitaux de Bamako dans l'espoir de reçevoir de meilleurs soins", a expliqué notre source.

Djeneba Coulibaly, étudiante et logé dans les encablures de l’usine, est parfois victime d'une perte d'odorat prolongée. Elle avoue que lorsque la cheminée de l'usine commence à émettre de la fumée noire, elle se bat pour trouver un endroit où respirer et échapper aux fumées suffocantes provoquant parfois des nausées.

Au quotidien, les habitants de Sanankoroba luttent et cherchent des soutiens dans l'espoir que l'entreprise cesse ses activités ou se délocalise, mais cela semble impossible.

Binkè Koné, un vendeur de vêtements d'occasion situé à proximité de l'usine, a déclaré que cela faisait des années qu'ils espéraient une solution pour réussir la délocalisation de l'usine. "Nous ne pouvons pas continuer à respirer du poison", a-t-elle déclaré au Colonist Report Africa.

Le son de l'appel à la prière lancé par le minaret d'une mosquée peut être entendu jusqu'à 50 mètres de distance. Moussa Koné, un fervent membre de la mosquée, a exprimé sa déception à The Colonist Report Africa, déclarant que les fidèles qui fréquentent la mosquée sont consternés que la Mairie et les autorités administratives de Sanankoroba n'aient pas encore trouvé de solution au problème qu'ils ont créé en allouant des terres à des fins nuisibles et dangereuses qui affectent la santé de la population.

A deux pas de la mosquée, près de l'usine, plusieurs dizaines d'animaux errent à la recherche d'herbes. Une enquête plus approfondie menée par The Colonist Report Africa laisse croire que des initiatives locales avaient conduit à des prélèvements aux finx d’analyse de l'impact de la pollution occasionnée par l’usine indienne. Les résultats de cette opération attendent encore d’être rendus publics.  

Un chercheur anonyme travaillant pour une ONG à Sanankoroba confirme renchérit : « les résultats de l'analyse scientifique sont toujours attendus pour déterminer l'étendue de l'impact sur l'air et l'environnement dans la région. L'objectif est d'aider la population locale à faire face aux dangers potentiels liés à la présence d'une usine ».

Malgré des années de lutte contre la pollution atmosphérique continue, les résidents affirment que la société n'a jamais dédommagé les habitants avec quoi que ce soit depuis sa création en 2017.

Moussa Kanté, un résident de Sanankoroba, a déclaré à The Colonist Report Africa que la société n'a jamais fourni de soutien malgré la pollution. "Nos femmes et nos enfants sont exposés. Il n'y a aucune compensation de la part des responsables de l'usine et encore moins de la part des autorités qui ont ouvert la voie à la société indienne." 

Une part importante des batteries recyclées provient d'automobiles importées d'Europe et d'autres pays occidentaux. Le recyclage de ces batteries implique souvent une fusion, qui entraîne malheureusement la perte de matériaux précieux tels que le plomb et le lithium, qui peuvent tous deux être dangereux pour la santé humaine.

Les usines de recyclage de batteries ont des antécédents troublants en ce qui concerne le plomb et le lithium, qui peuvent être dangereux pour la santé humaine. Elles ont un passé troublant en matière d'empoisonnement au plomb, de décès d'enfants et de contamination de l'environnement.

Calvaire indescriptible des travailleurs

À l'extérieur des locaux de l'usine, quelques dizaines d'employés traînent, relevés par d'autres collègues. Ces derniers ne cachent pas leur amertume. Ils affirment braver des conditions de travail inhumaines et abjectes, contraires aux normes légales. Les employés, au nombre d'une quarantaine, sont visiblement sans défense et ne peuvent se plaindre ou formuler des revendications sous peine d'être licenciés.

"On nous a dit qu'une substance toxique à base de cyanure, très destructrice pour la peau humaine, était utilisée comme désinfectant pour les travailleurs après le travail", a déclaré un ancien employé à The Colonist Report Africa.

Selon l'ancien employé, pendant son séjour dans l'entreprise, la tâche quotidienne consistait à diluer ou à faire fondre dans le feu le contenu des piles collectées et transportées à l'usine. Les éléments métalliques des piles usagées sont transformés, fondus, puis passés dans un moule à briques. "Les grandes quantités d'aluminium produites ici quotidiennement, et remorquées vers les ports maritimes des pays voisins quotidiennement".

Jagdish a nié avec véhémence l'affirmation des travailleurs selon laquelle ils étaient contraints de travailler à proximité du feu sans bouclier de protection. Il a précisé que les visiteurs sont maintenus à une distance sûre de la zone où les travailleurs sont exposés aux flammes. En outre, il a souligné que le personnel à l'intérieur de l'usine sortait dans un environnement chaleureux et accueillant, et il a assuré que l'entreprise respectait toutes les règles de sécurité pour garantir le bien-être de ses employés.

"Mais nous travaillons en toute légalité, conformément aux normes de protection et de sécurité requises. Nous sommes conscients des dangers et des conséquences d'une telle activité sur l'environnement », poursuit-il.

"Je ne sais pas qui raconte ce genre de choses ; en réalité, notre usine est très propre et nous prenons toujours soin de l'environnement. À la fin de l'année 2022, notre usine a fait l'objet d'un audit environnemental complet. Nous obtenons de bons résultats avec nos employés."

Les interdits de la loi violés

Le gouvernement Marlian a mis en place des réglementations concernant le recyclage des piles usagées contenant du plomb et du cuivre. Ces réglementations requièrent une autorisation gouvernementale avant que le recyclage puisse avoir lieu. En outre, le mouvement transfrontalier de ces piles et d'autres sources contenant du plomb et du cuivre est limité par l'article 6 de l'ordonnance n°2016-2637/MEADD-SG. Cependant, il a été porté à l'attention de The Colonist Report Africa que la société exporte ses produits finis en dehors du Mali.

Alors que la section 2 de l'article 4 de l'arrêté N°2016-2637/MEADD-SG exige des contrôles médicaux pour le personnel travaillant dans le recyclage des batteries au moins tous les six mois, d'anciens travailleurs ont déclaré à The Colonist Report Africa que la société n'a jamais respecté la loi pour la vérification de l'aptitude médicale des employés.

Nous avons fait part de nos constatations au directeur de l'unité de l'entreprise concernant l'exportation des produits finis hors du Mali. Malheureusement, nous n'avons pas encore reçu de réponse de sa part. Nous lui avons envoyé un gentil rappel après qu'il ait mentionné qu'il demanderait une consultation juridique avant de répondre à notre demande. Malheureusement, nous n'avons toujours pas reçu de réponse de sa part au moment de la publication de ce rapport.

La pollution de l'air causée par SAGL MALI Recyclers est un problème de longue date qui affecte négativement la population locale. Malgré les protestations des défenseurs des droits de l'homme, l'entreprise a continué à exporter ses produits recyclés finis, ce qui a aggravé les dommages causés à l'environnement. Ras Kebe, l'un des militants, a accusé l'entreprise de négliger le bien-être de la communauté, déclarant : "La population est laissée à elle-même et est plus que jamais mobilisée pour exiger la fermeture immédiate de ladite usine."

Dans une interview accordée à The Colonist Report Africa, il s'est dit préoccupé par la situation dans la commune rurale de Sanankoroba, affirmant que les autorités locales mettent en péril la santé des membres de la communauté.

Mauvaise volonté politique

Bourama Traoré, ancien député de Bananzolé, a exprimé son engagement à fermer l'usine de pollution. Selon ses proches collaborateurs, M. Traoré a été trompé par la mairie de Sanankoroba et d'autres autorités locales. Cependant, Mamadou Zan Traoré, actuel maire de Sanankoroba et ancien maire, conteste ces affirmations et affirme sa forte opposition à l'usine et à son impact sur la communauté locale.

Bien que sa commune perçoive des taxes s'élevant à plusieurs dizaines de millions de francs CFA par an, il assure qu'il n'est pas à l'origine de la cession du terrain à la société indienne. J'ai été accusé à tort", affirme-t-il. C'est une affaire qui me dépasse et je n'ai pas été impliqué de près ou de loin dans la signature. Allez vérifier par vous-même".

Le premier responsable de la commune de Sanankoroba affirme que l'affaire est purement politique et accuse l'ancien gouverneur de la région de Koulikoro d'être l'un des principaux acteurs de la cession de ce terrain de plusieurs hectares. Le gouverneur aurait reçu le soutien de hauts fonctionnaires de la présidence.

Reportage complémentaire d'Elfredah Kevin-Alerechi

Rédaction : Elfredah Kevin-Alerechi 

Note de l'éditeur : « The Colonist Report Africa », auteur de cette œuvre, a décidé de cacher les visages de ses interlocuteurs pour éviter toute représailles, car toutes les sources vivent très près de l'entreprise. C'est notre façon de protéger nos sources.

Par David Dembele

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Mon analyse personnelle sur le projet de constitution :

A prime abord, on remarquera que la constitution n’est pas nouvelle car elle ne met pas sur pied une nouvelle république mais elle  se contente de modifier la constitution actuelle en y ajoutant d’autres institutions.

Lire la suite

© Dépêches du Mali 2012 - 2024