Lundi 26 Février 2024

Le e-commerce peut booster les échanges intra-africains

Au Mali comme dans divers pays d’Afrique persiste l’incertitude quant à l’accès aux intrants agricoles et autres denrées de grande consommation à un prix abordable.

En cause : la crise ukrainienne, les effets néfastes du changement climatique et ceux liés à la reprise post Covid-19.

L’inflation progresse dans la plupart des pays africains où les taux d’inflation dépassent souvent les 20%. Cette situation qui persiste tend à devenir un facteur d’instabilité sociale pour nos pays. «L’une des principales implications est que les prix mondiaux des engrais ont considérablement augmenté au cours de l’année dernière en raison de la flambée des coûts des intrants, des perturbations de l’approvisionnement et des restrictions à l’exportation», précise la secrétaire exécutive adjointe et économiste en chef de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), Mme Hanan Morsy.

Pour elle, la flambée des prix des engrais et la pénurie pourraient affecter la campagne agricole en 2023. À moins que des mesures urgentes ne soient prises pour acheminer les engrais là où ils sont le plus utiles en Afrique et à un prix abordable, insiste-t-elle.

Nos pays devraient utiliser des mécanismes innovants d’échanges de biens et même de services. Cela en stimulant le commerce numérique des produits de base essentiels dans le cadre de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlec). À l’échelle continentale existent des solutions qui font déjà leur preuve face à cette situation.  

L’une des réponses efficaces et disponibles est la plateforme Africa exchange trade platform (Atex). Mme Morsy l’a présenté en marge de la Cop-27 à Charm el-Cheikh, en Égypte. Atex est une plateforme de commerce électronique interentreprises (B2B) et intergouvernementale (B2G). Elle a été développée par la CEA et la Banque africaine d’import-export (Afreximbank), en collaboration avec la Commission de l’Union africaine et le secrétariat de la Zlec.

Actuellement, 134 fournisseurs ont été intégrés à l’Atex (dont 104 entreprises africaines) et 249 acheteurs africains. Les produits disponibles sur Atex sont les engrais (NPK, urée, phosphates, composés d’engrais, produits chimiques agricoles), produits agricoles (cajou, café, graines oléagineuses, blé, maïs, riz et orge), produits alimentaires transformés (produits du blé, produits en vrac et produits alimentaires) et autres produits industriels (matériaux de construction, produits chimiques et produits pétroliers).

En la matière, le potentiel existe sur le continent. La valeur des exportations totales d’engrais de l’Afrique a dépassé les importations de 2,6 fois en 2021. Quatre pays d’Afrique du Nord figuraient parmi les cinq premiers producteurs d’engrais du continent. Le Maroc et l’Égypte ont exporté cumulativement 6,23 milliards de dollars américains d’engrais en 2021, soit 70% du total de l’Afrique.

Un potentiel dont veut profiter Atex. Objectifs : stimuler l’approvisionnement en intrants et en produits essentiels en Afrique, réduire les coûts de transaction et accélérer la mobilité des cultures afin de minimiser les pertes alimentaires.

Source : l’Essor

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Mon analyse personnelle sur le projet de constitution :

A prime abord, on remarquera que la constitution n’est pas nouvelle car elle ne met pas sur pied une nouvelle république mais elle  se contente de modifier la constitution actuelle en y ajoutant d’autres institutions.

Lire la suite

© Dépêches du Mali 2012 - 2024