Jeudi 25 Avril 2024

Lutte contre la corruption : Bientôt une stratégie nationale

L’atelier national de validation de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption au Mali (SNLC) se tient, depuis hier dans un hôtel de la place.

La cérémonie d’ouverture était présidée par le ministre de la Refondation de l’État, chargé des Relations avec les institutions, Ibrahima Ikassa Maïga. C’était en présence du représentant résident du Programme des Nations unies pour le développement au Mali (Pnud), Maleye Diop, et de la représentante de l’ambassade des Pays-Bas au Mali, Willemijn Van Lelyveld.

Cet atelier de trois jours a pour objectif, entre autres, de procéder à une analyse approfondie de la version provisoire du document du plan d’action triennal et de finaliser la réflexion sur le dispositif institutionnel (ancrage) et le mécanisme de coordination à mettre en place au niveau national et si possible déconcentré. 

Le ministre de la Refondation de l’Etat, chargé des Relations avec les institutions a indiqué qu’en se dotant d’une SNLC, notre pays aura désormais toutes les cartes en main pour faire échec à l’opacité dans la gestion des affaires publiques, la concussion (profit illicite que l’on tire de l’exercice d’une fonction publique) et le népotisme. Y compris les pratiques illicites, frauduleuses voire criminelles de gains de diverses natures pour un profit personnel au détriment du Trésor public et de l’amélioration des conditions de vie des populations. Selon Ibrahima Ikassa Maïga, l’élaboration et la mise en œuvre d’une SNLC constituaient l’un des objectifs identifiés par l’axe 4 du Plan d’action du gouvernement consacré à la promotion de la bonne gouvernance.

Aujourd’hui, dira-t-il, cet objectif est sur le point d’être atteint grâce à la détermination des acteurs qui y travaillent depuis le 13 octobre 2021, date à laquelle le comité de pilotage, composé des représentants des structures de l’Etat, a été chargé de coordonner le processus d’élaboration de la SNLC. Le ministre Ibrahima Ikassa Maïga a aussi indiqué que la mise en œuvre de la future SNLC doit permettre la consolidation des efforts entrepris par le gouvernement, les institutions, les acteurs privés et les organisations de la société civile en faveur d’un modèle de citoyenneté qui ne laisse aucune place, ni aucun répit à la corruption.

 Et d’affirmer aussi que le gouvernement fera de cet atelier, une lecture attentive et prendra les dispositions idoines, suite à sa validation finale, pour l’ériger en cadre de référence unique pour les politiques, programmes et projets de lutte contre la corruption au Mali.

Quant au représentant résident du Pnud au Mali, il a souligné que la corruption est un phénomène qui affecte beaucoup de pays avec un effet direct sur le développement et le bien-être des populations. Selon Maleye Diop, cette problématique est aussi bien présente au Mali et semble s’être renforcée ultérieurement à cause de l’instabilité politique et de la crise multidimensionnelle comme en témoignent les données des classements réalisées chaque année par Transparency international et la Fondation Mo Ibrahim.

Cette activité, dira-t-il, contribue à la réalisation des objectifs fixés par la Charte de la Transition et figure d’ailleurs parmi les priorités du Plan d’action gouvernemental de la Transition dans son axe dédié à la «gouvernance et aux réformes politiques et institutionnelles». En outre, il a rappelé que l’accompagnement de sa structure à ce processus s’inscrit dans le cadre du Programme d’appui à la stabilisation du Mali à travers le renforcement de l’État de droit (Prosmed).

La représentante de l’ambassadeur néerlandais a rappelé que la corruption est une des causes de rupture du contrat social entre les gouvernants et les gouvernés. «En l’absence de mesure efficace, la corruption peut compromettre les efforts pour instauration de la bonne gouvernance et réduire considérablement les ressources disponibles pour la lutte contre la pauvreté», a indiqué Willemijn Van Lelyveld.

Source : l’Essor

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Mon analyse personnelle sur le projet de constitution :

A prime abord, on remarquera que la constitution n’est pas nouvelle car elle ne met pas sur pied une nouvelle république mais elle  se contente de modifier la constitution actuelle en y ajoutant d’autres institutions.

Lire la suite

© Dépêches du Mali 2012 - 2024