Lundi 26 Février 2024

Marché du sucre : Le besoin évalué à 100.000 Tonnes

L’information a été donnée par le ministre de l’Industrie et du Commerce au cours d’une réunion avec les opérateurs économiques vendredi dernier.

Il faut urgemment 100.000 tonnes de sucre pour circonscrire la pression qui se fait sentir, depuis quelques jours, sur le marché. Cette demande a été faite, vendredi dernier, par le ministre de l’Industrie et du Commerce, Moussa Alassane Diallo, lors d’une réunion avec les opérateurs économiques dans les locaux de son département. La rencontre a été organisée par la Direction générale du commerce, de la consommation et de la concurrence (DGCC).

L’examen de la situation actuelle sur l’approvisionnement du pays en denrées de première nécessité, a révélé quelques pressions sur un certain nombre de produits dont le sucre. «Les denrées de première nécessité concernent l’ensemble des populations du Mali, mais surtout les couches les plus défavorisées », a fait remarquer le ministre de l’Industrie et du Commerce.

Et de réitérer la détermination du gouvernement, conformément aux instructions du chef de l’État, à prendre en charge les préoccupations concernant les produits alimentaires. «Nous devons inscrire nos actions dans un cadre de planification et d’anticipation pour que nous puissions prévoir et prévenir l’ensemble des crises qui devraient intervenir, surtout en ce qui concerne l’approvisionnement du pays en denrées de première nécessité», a insisté Moussa Alassane Diallo. Chose qui ne peut se faire que dans un partenariat dynamique entre les opérateurs économiques et le département de tutelle.

À cet effet, le ministre a exprimé sa disponibilité à collaborer avec les opérateurs économiques, à recevoir leurs propositions et suggestions et à les intégrer dans ses démarches. Pour lui, il est important d’avoir une vision partagée afin d’apporter les réponses les mieux appropriées aux problèmes qui se posent aux secteurs de l’industrie et du commerce.

L’approvisionnement du pays en denrées alimentaires reste une préoccupation pour l’état, bien qu’il ait décidé de sortir du circuit de la commercialisation des produits de première nécessité. Depuis des années, cette mission d’approvisionnement du pays en denrées est assurée par le secteur privé, faisant ainsi des opérateurs économiques des acteurs majeurs de l’économie. « Ils sont les premiers responsables du ravitaillement de la population. Lorsqu’il y a pénurie, c’est à eux qu’il faut demander, en premier lieu, des explications», a déclaré le ministre.

Et le ministère en charge du Commerce est interpellé, en deuxième lieu, pour donner des explications parce que l’État a le devoir de répondre à l’ensemble des préoccupations de la population. Moussa Alassane Diallo a aussi expliqué que l’État a le rôle et la responsabilité d’assurer la supervision, la régulation et le contrôle du marché à travers la DGCC. Il doit avoir une capacité d’anticipation par rapport à l’ensemble des situations pour éviter les pénuries qui interviennent sur nos marchés.

«Il faut que nous sortions de ces questions de pénurie de denrées alimentaires dans notre pays. Il faut que nous parlons des réformes structurelles pour permettre aujourd’hui de devenir des grands champions d’entreprises, des capitaines d’industries et de monter de grands projets commerciaux pour l’émergence et la stabilité économique de notre pays», a-t-il plaidé.

À partir du mois de novembre, a annoncé le ministre Diallo, une autre concertation aura lieu pour préparer l’année 2024.

N'Famory KEITA

Source : l’Essor

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Mon analyse personnelle sur le projet de constitution :

A prime abord, on remarquera que la constitution n’est pas nouvelle car elle ne met pas sur pied une nouvelle république mais elle  se contente de modifier la constitution actuelle en y ajoutant d’autres institutions.

Lire la suite

© Dépêches du Mali 2012 - 2024