Jeudi 25 Avril 2024

Mali : Forum national de relance économique : Le chef de l’État reçoit le rapport

En recevant le document, le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, a fait montre de sa disponibilité à soutenir, écouter et accompagner le secteur privé.

Étant entendu que le partenariat entre les secteurs public et privé est une condition sine qua non du développement économique durable et inclusif.

Le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (Ccim), Mandiou Simpara, a remis officiellement, hier au palais de Koulouba, le rapport du Forum national de relance économique au chef de l’État, le colonel Assimi Goïta. La cérémonie de remise a enregistré la présence du président du Conseil national de Transition, (CNT), le colonel Malick Diaw, du Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, accompagné des membres du gouvernement. Étaient également présents le président du Conseil national du patronat du Mali (CNPM), Mossadeck Bally, et d’autres responsables de la Ccim.

En effet, dans son rôle de force d’analyse, de diagnostic et de propositions, la Ccim a mobilisé les acteurs économiques les 30 et 31 mars derniers à Ségou pour se poser les bonnes questions, mener les bonnes réflexions et proposer les vraies solutions à la relance économique post-crise. Cette rencontre a formulé des recommandations qui touchent le cadre institutionnel, la stratégie industrielle, la stratégie opérationnelle des filières, la stratégie d’exploitation des filières, le dispositif de financement, les infrastructures de supports à l’activité économique, le commerce et les collectivités territoriales.

Tout en remerciant le président de la Transition pour son accompagnement dans la tenue de ce Forum, Mandiou Simpara a indiqué que la mise en œuvre de ces recommandations permettra au Mali de se donner des chances de réaliser son développement économique.

Dans un exposé synthétique sur le Forum, le président du comité stratégique, Mamadou Tiéni Konaté, a identifié, entre autres, la promotion des produits locaux, le soutien au secteur privé pour aller de l’agriculture vivrière à celle industrielle avec à la clé la mise en valeur de plusieurs filières. «C’est pourquoi, nous avons voulu que le secteur privé soit au centre de l’opérationnalisation du Forum», a-t-il soutenu.

Également, il a été proposé l’implication des entreprises nationales dans le domaine minier pour offrir des produits compétitifs dans la sous-région. Bref, en promettant tout accompagnement de la Chambre pour le rayonnement du Mali Kura, le président du comité stratégique du Forum a souhaité que le président de la Transition fasse bon usage du rapport pour l’essor économique du Mali.

commerce et industrie sont complémentaires- Selon le ministre de l’Industrie et du Commerce, la présence du Premier ministre à ce rendez-vous à Ségou montre tout l’intérêt que le gouvernement porte au projet. Aussi, soulignera Moussa Alassane Diallo, en plaçant l’industrialisation au cœur de l’opérationnalisation des filières, les conclusions et les recommandations du Forum de Ségou s’inscrivent parfaitement dans la vision stratégique tracée par le colonel Assimi Goïta.

«Le développement économique durable et inclusif du Mali se fera avec l’industrie ou ne se fera pas», a-t-il déclaré.

Aussi, le ministre Diallo a soutenu que la promotion des petites, moyennes et grandes industries, pour assurer la transformation de la production agricole, la création d’emplois, de richesses et la redistribution de revenus, n’est pas une urgence, mais une exigence. Il précisera qu’il ne s’agit aucunement d’opposer le secteur du commerce à celui de l’industrie.

Mais plutôt d’assurer la synergie et la complémentarité entre les deux secteurs pour permettre leur plus grande contribution à la croissance économique de notre pays. «Tout industriel est commerçant, mais tout commerçant n’est pas industriel», a commenté Moussa Alassane Diallo, révélant que c’est pourquoi l’axe 3 des réformes en cours au niveau de son département est d’encourager et de favoriser la mutation des acteurs du commerce vers l’industrie. Ce, tout en préservant leurs activités commerciales.

À noter que le Forum s’est également penché sur les mesures administratives à prendre. Notamment la mise en place d’un comité paritaire État/secteur privé pour le suivi des conclusions et recommandations. La mise en œuvre des recommandations issues du Forum de Ségou conduira très certainement le gouvernement à évaluer, le cas échéant, à ajuster les politiques et stratégies sectorielles en cours de réalisation.

Oumar DIAKITE

Source : l’Essor

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Mon analyse personnelle sur le projet de constitution :

A prime abord, on remarquera que la constitution n’est pas nouvelle car elle ne met pas sur pied une nouvelle république mais elle  se contente de modifier la constitution actuelle en y ajoutant d’autres institutions.

Lire la suite

© Dépêches du Mali 2012 - 2024