Mardi 28 Mai 2024

Mali : Journée mondiale de l’eau : Les bons indicateurs du Mali

Les statistiques attestent des progrès dans l’accès au service de l’eau potable dans notre pays. En 2024, ce taux est de 83,2% en milieu urbain et semi-urbain et 67,3% en milieu rural, avec une moyenne nationale de 71,9%.

Les projets structurants en cours permettront d’améliorer l’approvisionnement

À l’instar de la communauté internationale, notre pays aussi a célébré la Journée mondiale de l’eau le 22 mars sous le thème : «L’eau pour la paix». Le clou de cette 32è édition a été une rencontre, organisée vendredi dernier au Centre international de conférences de Bamako (CICB).

 La cérémonie était placée sous la présidence de la ministre de l’énergie et de l’Eau, représentée par son collègue chargé de l’Agriculture, Lassine Dembélé. C’était en présence de la représentante de la société civile du secteur de l’eau et de l’assainissement (CN-CIEPA), Selly Ouane, de l’ambassadeur des états-Unis d’Amérique au Mali, Rachna Korhonen, et de plusieurs acteurs du secteur de l’eau.

Cette journée met l’accent sur l’importance de l’eau et plaide pour sa gestion durable afin de lutter contre la crise mondiale de l’eau et favoriser l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD n°6). Cette édition, selon Lassine Dembélé, est commémorée dans un contexte mondial particulier marqué par l’aggravation des effets du changement climatique, la croissance démographique et la multiplication des conflits liés à l’eau. «Ces phénomènes constituent des menaces réelles pour la protection et la conservation de notre ressource tant précieuse qu’est l’eau.

Le thème est assez révélateur des défis du Mali, en matière d’accès de nos compatriotes à l’eau potable. En effet, notre pays fait partie des pays en situation de stress hydrique, avec moins de 1.000 m3 d’eau par habitant et par an. Pire, depuis la grande sécheresse des années 70, l’on assiste à une diminution progressive et une dégradation continue de la qualité des ressources en eau de notre pays. Malheureusement, a regretté Lassine Dembélé, les ressources en eau continuent de se dégrader au regard non seulement de l’impact du changement climatique et surtout à cause des actions et pratiques humaines : gaspillage d’eau sous toutes ses formes, exploitation anarchique des berges des cours d’eau, activités anarchiques d’orpaillage, rejet des ordures et autres substances nocives dans les cours d’eau.

Selon le ministre de l’Agriculture, l’indicateur d’accès au service de l’eau potable en 2024 est de 83,2% en milieu urbain et semi-urbain et 67,3% en milieu rural, avec une moyenne nationale de 71,9%. Des projets structurants sont en cours pour améliorer l’approvisionnement en eau potable de nos concitoyens. Il s’agit, entre autres, de la poursuite des travaux de renforcement et d’extension du service d’eau potable, de la réalisation attendue en 2024 de plus de 3.450 nouveaux points d’eau modernes et le renforcement de plus de 620 ouvrages existants dans le périmètre hors concession.

Pour la représentante de la société civile du secteur de l’eau et l’assainissement (CN-CIEPA), cette journée est un moment de plaidoyer de la société civile en faveur de l’accès de tous à l’eau potable d’ici 2030. Pour Selly Ouane, une mauvaise gestion de l’eau entrave le développement et cause la souffrance des populations. «Dans notre pays, environ 30% de la population manquent d’eau potable avec des disparités entre les milieux, rural, semi-urbain et urbain. En plus, la croissance démographique signifie que de plus en plus d’individus et de secteurs économiques se disputent l’accès à l’eau», a-t-elle analysé.

Quant à l’ambassadeur des états-Unis d’Amérique, elle a, au nom des Partenaires techniques et financiers (PTF) du secteur l’eau et l’assainissement, expliqué que cette Journée rappelle chaque année l’importance fondamentale de l’eau pour maintenir la vie, favoriser le développement et promouvoir la paix.  «Au cours des dix dernières années, les PTF ont contribué à hauteur de plus 352 milliards de Fcfa d’aide au développement et aux besoins humanitaires. Cet appui a permis d’accroître l’accès à l’eau potable et à des services d’assainissement améliorés dans les zones rurales et urbaines, mettre en œuvre des systèmes d’irrigation innovants pour une agriculture durable et renforcer les capacités techniques et financières des institutions locales», a révélé Rachna Korhonen.

Fatoumata Mory SIDIBE

Source : l’Essor

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Mon analyse personnelle sur le projet de constitution :

A prime abord, on remarquera que la constitution n’est pas nouvelle car elle ne met pas sur pied une nouvelle république mais elle  se contente de modifier la constitution actuelle en y ajoutant d’autres institutions.

Lire la suite

© Dépêches du Mali 2012 - 2024