Mardi 28 Mai 2024

Niger : les autorités militaires accusent la CEDEAO de participer à un "plan de déstabilisation"

Les autorités militaires nigériennes ont accusé, mercredi, la Communauté économique des États de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO) de participer à un "plan de déstabilisation du Niger" soutenu par des puissances étrangères.

 

"Le Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie et le Gouvernement ont suivi avec indignation la participation incompréhensible de certains membres du gouvernement déchu à la 64ème session ordinaire de la conférence des chefs d'État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO) tenue le 10 décembre 2023 à Abuja", ont déploré les autorités militaires nigériennes dans un communiqué lu à la télévision publique.

"Le Niger condamne avec fermeté cette nième provocation de la CEDEAO qui est de nature à saper tout effort pour trouver une solution diplomatique et négociée à la situation politique actuelle", a poursuivi le communiqué, ajoutant que "la CEDEAO ne peut, en effet, décider d'une part, la suspension du Niger de toutes ses instances et, d'autre part, permettre à des fugitifs de représenter illégalement notre pays".

Tout en dénonçant "cette attitude désinvolte sur fond d'incohérence" de la CEDEAO, les autorités militaires nigériennes ont accusé l'organisation ouest-africaine de participer à "un plan subversif de déstabilisation du Niger à travers la formation d'un prétendu gouvernement parallèle soutenu par des puissances étrangères".

Le dimanche 10 décembre, la réunion des chefs d'État et de gouvernement de la CEDEAO a demandé la "liberation immédiate et sans condition" du président déchu Mohamed Bazoum, tout en maintenant les sanctions décidées contre le Niger au lendemain du coup d'État du 26 juillet dernier.

Des membres de l'ancien gouvernement, dont l'ancien Premier ministre Ouhoumoudou Mahamadou et l'ancien ministre des Affaires étrangères Hassoumi Massaoudou, ont pris part à la réunion.

La CEDEAO a aussi désigné un groupe de chefs d'État, Faure Gnassingbé, président du Togo, pour engager des discussions avec les autorités militaires nigériennes en vue de convenir d'un chronogramme pour une "transition de courte durée".

Source : Anadolu

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Mon analyse personnelle sur le projet de constitution :

A prime abord, on remarquera que la constitution n’est pas nouvelle car elle ne met pas sur pied une nouvelle république mais elle  se contente de modifier la constitution actuelle en y ajoutant d’autres institutions.

Lire la suite

© Dépêches du Mali 2012 - 2024