Mardi 28 Mai 2024

Un étudiant tué pendant une manifestation contre le report de la présidentielle au Sénégal

 

Un étudiant a été tué pendant une manifestation contre le report de l’élection présidentielle sénégalaise vendredi à Saint-Louis, tandis que de violents affrontements ont aussi opposé les forces de sécurité et des protestataires à Dakar, a confirmé samedi le ministère de l’Intérieur.

Il s’agissait des premières manifestations d’importance depuis que le président Macky Sall a annoncé il y a une semaine le report sine die de l’élection présidentielle, qui devait se tenir le 25 février.

Dans un communiqué, le ministère de l’Intérieur dit avoir été informé du décès d’Alpha Yéro Tounkara à Saint-Louis, tout en niant toute responsabilité des forces de sécurité, ces dernières n’étant selon lui “pas intervenues” pour maintenir l’ordre sur le campus où le décès du jeune homme de 22 ans est survenu.

“Le coeur de tous les démocrates saigne après ces affrontements provoqués par la suspension injustifiée du processus électoral”, a déclaré le chef de file l’opposition, Khalifa Sall, qui a qualifié les récents événements de “coup d’Etat institutionnel”

A Dakar, les forces de l’ordre sénégalaises ont eu recours à des grenades lacrymogènes et assourdissantes et tiré ce qui semblait être des balles en caoutchouc pour disperser des centaines de manifestants très remontés, a constaté un journaliste de Reuters.

Certains manifestants brandissaient des drapeaux sénégalais, tandis que d’autres scandaient “Macky Sall est un dictateur”.

“Nous sommes prêts à donner notre vie pour que le peuple soit libéré, pour que le Sénégal se débarrasse de Macky Sall”, a déclaré un manifestant qui se tenait près d’une pile de pneus enflammés.

Des affrontements ont également opposé police et manifestants dans d’autres villes du Sénégal, notamment à Touba, dans le centre du pays, à Thiès, à l’est de Dakar, à Richard Toll, dans le nord du pays, et à Kolda, dans le sud, selon des habitants et des messages diffusés sur les réseaux sociaux.

Macky Sall, qui s’est engagé à ne pas briguer un troisième mandat lors du scrutin, a justifié son report par des différends sur des candidatures et des accusations de corruption présumée à l’encontre de deux membres du Conseil constitutionnel.

(Avec la contribution de Diadie Ba, rédigé par Nellie Peyton et Alessandra Prentice; version française Camille Raynaud et Tangi Salaün)

par Ngouda Dione et Cooper Inveen

Source : AFP 10 Fév 2024

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Mon analyse personnelle sur le projet de constitution :

A prime abord, on remarquera que la constitution n’est pas nouvelle car elle ne met pas sur pied une nouvelle république mais elle  se contente de modifier la constitution actuelle en y ajoutant d’autres institutions.

Lire la suite

© Dépêches du Mali 2012 - 2024