Jeudi 02 Février 2023

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Niakaléna : Les écoliers utilisent un rafiot pour la traversée du fleuve

Pour se rendre à l’école, les enfants de cette localité du Cercle de Bafoulabé empruntent une pirogue vieille de 12 ans, qui tombe fréquemment en panne.

Ils en appellent aux bonnes volontés pour l’acquisition d’une nouvelle embarcation qui pourrait minimiser les dangers de la traversée du Bafing. Les élèves de Niakaléna, petit village situé à 1 km de Bafoulabé, son chef-lieu de Commune, dans la Région de Kayes (Ouest), ont besoin d’aide pour acquérir une nouvelle pirogue afin d’assurer la navette entre leur bourgade et la ville de Bafoulabé où ils étudient. Faute d’obtenir une nouvelle embarcation, ils ont pu faire réparer leur vieille pirogue à l’arrêt pendant 15 jours. Le rafiot rafistolé a repris le trafic, le lundi 20 octobre dernier.

Dans cette petite localité vivent des peulhs, des sénoufos et des bambaras pour une population de 70 habitants. À cause de sa situation géographique et de la taille de sa population, Niakaléna ne remplit pas les conditions pour la création d’une école. Une situation qui pénalise les enfants en âge d’être scolarisés.

Les parents sont obligés d’envoyer leurs enfants dans les différentes écoles de la ville de Bafoulabé. Les mômes doivent emprunter la seule pirogue dont dispose le village, depuis 2010, pour se rendre à l’école, confie Sakalé Dembélé, une écolière en classe de 3ème année de l’École de Bafoulabé III.

L’état de la pirogue n’est pas rassurant, même si elle vient d’être réparée à 50.000 Fcfa. D’après le fabricant Brouma Séréta, qui signale que la garantie de toute pirogue est de trois ans, cette embarcation, vieille de 12 ans, peut tomber en panne à tout moment. «À cause de l’état dégradé de la pirogue, certains écoliers préfèrent marcher 3 km pour se joindre à leurs camarades à Babaroto afin de regagner la rive gauche», confirme l’écolière.

La situation n’est pas du tout facile pour les élèves car il faut faire le trajet matin et soir. «Nous souffrons beaucoup actuellement. Nous faisons le parcours quatre fois par jour. Pour arriver à Babaroto, nous traversons une rivière. Une fois en classe, nous ne pouvons pas suivre les explications du maître, à cause de la fatigue. Nous souhaitons avoir une pirogue scolaire afin de traverser dans la quiétude», se lamente notre écolière.

Pour acheter une nouvelle pirogue, il faut réunir 300.000 Fcfa. Ce qui n’est pas à la portée des parents, confie le président de la jeunesse de Niakaléna, Moussa Sidibé. Pour le moment, les démarches auprès des politiques et de l’administration scolaire au sujet de l’acquisition d’une nouvelle pirogue n’ont pas abouti, déplore le chef de village Niakaléna, Ousmane Diakité.

La population de Niakaléna, soucieuse de l’avenir de ses enfants, a tenu au village, le 26 septembre dernier, une assemblée générale sur cette épineuse question.

Le chef de village et ses conseillers ont été envoyés en délégation à Bafoulabé, le 2 octobre dernier, auprès des autorités de la Commune pour plaider la cause des écolières et écoliers et trouver des fonds afin de réparer la vieille pirogue.

Le maire Kandé Doucouré leur a proposé de payer la moitié des frais de réparation. Finalement, les émissaires ont pu obtenir l’autre moitié de la somme au niveau du Centre d’animation pédagogique (CAP) pour boucler le budget de réparation.

Boubacar MACALOU

Amap-Bafoulabé

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Lettre ouverte à messieurs les chefs d’État de la Cedeao

Messieurs les chefs d’État,

Avec toutes mes excuses et la déférence due à votre rang, j’ai à cœur de vous parler de la situation de crise multidimensionnelle qui sévit dans mon pays depuis janvier 2012, -près de 10 ans déjà- et de la lecture peu heureuse que vous, au sein de la Conférence des chefs d’État de la CEDEAO, en faites, avec une certaine altération des idéaux de notre organisation régionale d’intégration.

Lire la suite

Ecoutez

« DIS ! » Le Débat Interactif du Soir

Thème : Les nouvelles autorités de la transition peuvent-elles venir à bout de l’insécurité grandissante ?

13 Juillet


JÒ KÓNO

 

Réécoutez votre émission de débat politique en bambara.

Dans JÒ KÓNO, Moussa Timbiné reçoit M. Nouhoum Togo, Président de l’Union pour la Sauvegarde de la République.

13 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2023