Jeudi 30 Mai 2024

Mali : Journée internationale de la femme : Pas de Mali Kura sans les femmes

La Transition est en train d’opérer des changements dans la gouvernance du pays, cela ne peut être fait sans l’implication des femmes, a expliqué le chef de l’État. C’était lors de la célébration du 8 mars vendredi au Palais de la culture.

Le colonel Assimi Goïta a assuré aussi que l’amélioration des conditions de la femme fait partie de ses priorités

8 mars 1975-8 mars 2024, cela fait 49 ans que le Mali, à l’instar de la communauté internationale célèbre, cette date dédiée à la Journée internationale de la femme. L’événement, fêté cette année sous le thème national : «Représentativité des femmes à la vie publique et politique : enjeux, défis et perspectives», était placé sous la présidence du président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, vendredi dernier au Palais de la culture Amadou Hampâté Ba. C’était en présence du Premier ministre Choguel Kokalla Maïga, du président du Conseil national de Transition (CNT), le colonel Malick N’Diaw, des membres du gouvernement, dont la ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Coulibaly Mariam Maïga. Y étaient aussi des représentants du corps diplomatique.

Le président de la Transition a choisi la langue nationale bamanan pour s’adresser aux femmes. Il a d’abord fait observer une minute de silence en l’honneur des femmes qui ont perdu la vie dans la lutte contre le terrorisme. Le président Goïta a ensuite remercié toutes les femmes pour leur résilience face à l’embargo de la Cedeao et de l’Uemoa. Assimi Goïta a particulièrement remercié la ministre chargée de la Promotion de la Femme pour tous les efforts consentis à l’endroit de la famille.

Le chef de l’État a rappelé que notre pays est confronté à plusieurs défis, notamment l’insécurité, l’insuffisance de l’énergie et de l’eau, l’insuffisance d’infrastructures et les difficultés liées à l’agriculture. Au regard de ces défis, a expliqué le colonel Assimi Goïta, il a été demandé aux syndicats de taire les mouvements de revendications pendant 5 ans afin de pouvoir régler les problèmes fondamentaux de la République. Selon le chef de l’État, l’apport des femmes est capital dans le combat pour relever ces défis.

L’intégration des femmes dans les fonctions nominatives et électives est l’une des ambitions majeures de la Transition, a précisé le chef de l’État. «Nous tenons à l’application du principe du genre. Pour preuve, le chef de l’État a cité quelques postes stratégiques occupés par des femmes. À ce propos, il a parlé de sa conseillère diplomatique, de Mme le Médiateur de la République, de la présidente du Tribunal du commerce, de la directrice générale du Centre d’intelligence artificielle et robotique, de la directrice générale des eaux et forêts. Le colonel Assimi Goïta a évoqué aussi la gouverneure de Sikasso.

«Nous sommes en train d’opérer des changements dans la gouvernance du pays, cela ne peut être fait sans l’implication des femmes.

C’est difficile aujourd’hui, mais aucun sacrifice n’est de trop pour l’indépendance et la souveraineté de notre pays. Cet engagement, nous pourrons en bénéficier dans les trente ans à venir», a rappelé le président Goïta. Pour lui, le Mali Kura est tout d’abord un idéal qui se traduit par le comportement. Et de déclarer : «Nous voulons tracer le chemin pour nos enfants qui dans 30 ans pourront reprendre le flambeau du patriotisme. Le souhait de la Transition est de respecter le droit de tout un chacun, pour le bien-être de tous dans un Mali paisible et prospère parce que, nous n’avons qu’un seul pays».

 RÉSILIENCE REMARQUABLE- Pour la ministre chargée de la Promotion de la Femme, le thème international : «Investir en faveur des femmes : accélérer le rythme», entend renforcer les acquis et encourager les États, les gouvernements et les organismes internationaux et organisations nationales à investir davantage dans les efforts d’égalité et d’équité entre les sexes. Et de rappeler quelques documents et structures stratégiques dont la mise en œuvre a boosté l’amélioration des conditions des femmes tant dans les domaines politique, social, juridique qu’économique.

Il s’agit, entre autres, de la loi n° 2015-052 du 18 décembre 2015, instituant des mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions nominatives et électives et son décret d’application, de la loi n° 2017-001 sur le foncier agricole au Mali qui intègre un quota de 15% pour les femmes, les jeunes et les personnes vivant avec un handicap. Elle a parlé aussi de la loi n° 2018-027 du 12 juin 2018 relative aux droits des personnes vivant avec un handicap et son décret n° 2021-0662/PT-RM du 23 septembre 2021, de la loi n° 2019-072 du 24 décembre 2019 portant Loi d’orientation et programmation pour le secteur de la justice 2020-2024. Il y a également la Stratégie nationale holistique de lutte contre les violences basées sur le genre et le Fonds d’appui à l’autonomisation de la femme et à l’épanouissement de l’enfant.

Le représentant par intérim des Nations unies, éric Perdison, a expliqué que le thème retenu par notre pays cadre parfaitement avec les objectifs de la Feuille de route pour une intégration effective de la dimension genre dans le processus électoral et les réformes politiques et administratives au Mali. Et qui traduit, selon lui, toute la cohérence des dispositions prises par les autorités maliennes afin d’accélérer le rythme des investissements en faveur des femmes. «Pour nous, Agences, Fonds et Programmes des Nations unies, ces dispositions représentent des gages et des motivations supplémentaires pour renforcer et consolider nos appuis au gouvernement afin de l’aider à atteindre l’Objectif de développement durable (ODD) qui vise l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et filles», a déclaré le diplomate onusien.

La représentante de la Coordination des associations et ONG féminines (Cafo), Mme Kouyaté Goundo Sissoko, a reconnu que l’investissement pour les femmes est fondamental pour construire un avenir meilleur pour tous. Pour elle, il est clair que les Maliennes ont démontré une remarquable résilience face aux défis, avant d’en appeler à la transformation de cette résilience en opportunités concrètes.

«Les statistiques révèlent le niveau de représentativité sectorielle peu satisfaisant, en dépit des engagements juridiques nationaux et internationaux pris par le Mali». Et de rappeler à titre d’exemple quelques statistiques. Seulement 25% des postes au sein du gouvernement sont occupés par des femmes, soit un total de seulement 7 femmes sur 28 membres du gouvernement. Au CNT, ce n’est guère mieux puisque les femmes occupent 28,5 % des sièges, soit 42 femmes sur 147.

Maïmouna SOW

Rédaction

Source : L’essor

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Mon analyse personnelle sur le projet de constitution :

A prime abord, on remarquera que la constitution n’est pas nouvelle car elle ne met pas sur pied une nouvelle république mais elle  se contente de modifier la constitution actuelle en y ajoutant d’autres institutions.

Lire la suite

© Dépêches du Mali 2012 - 2024