Jeudi 30 Mai 2024

Mali : Grand marché de Bamako : Le défi de la gestion des déchets demeure

Des usagers, tout en saluant les efforts de la délégation spéciale de la mairie du District de Bamako, estiment qu’elle doit mieux faire. Tous pointent du doigt les quartiers riverains qui viennent y déverser les déchets nuitamment

 

Les activités commerciales s’intensifient pendant les périodes de fête. Il en résulte une augmentation de la quantité de déchets dans les marchés où les mécanismes de gestion sont rendus moins inefficaces en raison notamment des comportements inciviques.  Lundi dernier, veille de la fête de Ramadan, le constat était triste dans la plus part des marchés de la capitale.

Malgré les efforts déployés ces derniers temps par la délégation spéciale de la mairie du District de Bamako pour assainir quotidiennement les lieux stratégiques visés, conformément à son plan d’intervention spécial, les riverains s’adonnent toujours à ces actes ignobles. Lundi 8 avril, il est environ 13h au Grand marché de Bamako. «Vox da», une gare dédiée aux Sotrama, grouille de monde.

Les ronronnements et les klaxons des engins s’entremêlent aux cris et bourdonnements humains. Des déchets en tous genres tapissent le sol. Cette insalubrité ne semble émouvoir ni les occupants des lieux (transporteurs et commerçants), encore moins les passants.

 Qu’est ce qui fait que ce lieu est si sale ? Qui doit le nettoyer ? «Nous ne sommes pas à la source de cette insalubrité. C’est à la mairie d’assurer le nettoyage et l’évacuation des déchets. Souvent, nous cotisons des pièces de 100 Fcfa pour donner aux éboueurs qui nettoient la partie que nous occupons», explique une marchande assise devant ses articles.

Un peu plus loin, vers le Marché rose, les vendeuses de poissons enlévent les écailles et exposent les entrailles de leurs poissons, donnant de l’ambiance aux mouches. Consciente de la sensation fétide de ces déchets, Mme Keïta nous rassure qu’elles ne partent jamais sans avoir nettoyé le lieu. Et des jeunes garçons sont payés pour ramasser les déchets et les transporter dans un dépôt de transit. Toutes ces ordures ont une seule destination : «Dabanani» en plein cœur du Grand marché de Bamako.

CAPACITÉS D’ACCUEIL- Là-bas, des caissons sont installés pour recueillir les déchets. Mais le volume de déchets produits quotidiennement dépasse largement les capacités d’accueil de ces outils d’assainissement. Des sacs d’ordures se retrouvent ainsi sur la voie publique, malgré les efforts des agents de la délégation spéciale qui font chaque jour deux tours sur le site pour évacuer les déchets.

Efforts immenses mais certainement insuffisants pour arriver à bout de ces ordures devenues encombrantes. Marchand de son état, Amadou Diarra confirme que maintenant les agents de la mairie sont à pieds d’œuvre pour assainir cet endroit. Ils viennent chaque matin et soir avec des bennes pour dégager les ordures. «Mais le problème est que les déchets ne sont pas seulement ceux qui viennent des commerçants d’ici, ils émanent de tous les quartiers riverains du marché», explique le commerçant Diarra qui est membre d’une association à Dabanani.

Les charretiers viennent déverser nuitamment ou après le départ des agents de nettoyage. «Ils sont tellement prompts à remplir les lieux. Nous, nous opposons. En vain. C’est tellement honteux et incivique de voir un lieu stratégique d’une capitale transformé en dépotoir d’ordures», regrette-il.

Tout comme le Grand marché de Bamako, le constat est le même au marché de Djicoroni Para, appelé «sugu jan», où sacs d’ordures, sachets plastiques et anciens emballages des articles débordent sur le goudron.

N'Famory KEITA

Source : l’Essor

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Mon analyse personnelle sur le projet de constitution :

A prime abord, on remarquera que la constitution n’est pas nouvelle car elle ne met pas sur pied une nouvelle république mais elle  se contente de modifier la constitution actuelle en y ajoutant d’autres institutions.

Lire la suite

© Dépêches du Mali 2012 - 2024