Lundi 22 Juillet 2024

Mali : Communication et économie numérique : Les ambitions et les défis

Au cours de son intervention dans l’émission Malikura taasira 2, le ministre Alhamdou Ag Ilyène a évoqué les nombreuses actions en cours pour l’amélioration des structures sous sa tutelle.

Il a aussi dévoilé son ambition de renforcer le professionnalisme des médias et de traduire dans la réalité les atouts de l’économie numérique

Le ministre de la Communication, de l’Économie numérique et de la Modernisation de l’Administration, Alhamdou Ag Ilyène, a abordé  nombreuses questions dont la gestion relève de son département. Il a fait un large tour d’horizon des différentes avancées ou réussites des structures de son ressort, tout en évoquant les défis auxquels elles sont confrontées.

Le ministre Ag Ilyène a partagé sa vision et les actions entreprises pour surmonter les obstacles, mettant en lumière les initiatives et les ambitions de son département face aux évolutions de la société malienne. Il a souligné le rôle crucial des structures qui sont sous sa tutelle dans la déconstruction des mensonges, surtout dans la lutte pour la souveraineté de notre pays dans tous les domaines. Il a eu une mention spéciale pour l’ORTM et l’Amap qui n’ont jamais été pris à défaut dans l’accomplissement de leur mission de service public. Il a évoqué le rôle crucial des deux structures dans la communication gouvernementale.

Le ministre Alhamdou Ag Ilyène a exprimé sa satisfaction au sujet de l’avancement des travaux de construction de la Tour de la télévision nationale. «Nous avons demandé à l’ORTM de travailler à nous proposer des équipements minimaux qui puissent permettre le démarrage de cette station importante et qui serait équipée au fur et à mesure des années budgétaires.

Parce qu’il est illusoire de penser qu’on pourrait tout de suite équiper cette grande Tour, compte tenu des difficultés dans lesquelles se trouvent le pays», a déclaré le ministre  chargé de la Communication, avant d’aborder aussi le retard dû aux sanctions de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) dans l’arrivée des matériels de la Télévision numérique terrestre (TNT).

Par ailleurs, le ministre Alhamdou Ag Ilyène s’est réjoui des relations cordiales qu’il entretient avec les autres structures régissant la presse, notamment la Haute autorité de la communication (Hac) et la Maison de la presse. Pour lui, la démultiplication des organes de presse n’est pas une mauvaise chose. Le problème se situe au niveau du contenu et du fonctionnement qui doivent être constructifs et positifs. L’invité de Mali kura taasira a insisté sur le respect des textes qui régissent la presse, avant d’évoquer la nécessité de sensibiliser pour éviter les dérives sur les réseaux sociaux. Il n’a pas manqué de souligner la volonté du gouvernement d’aider la presse.

Le ministre chargé de la Communication a également parlé de la suspension temporaire de la délivrance de la carte de presse pour préserver la noblesse de la profession. «Il n’est pas admissible qu’un organe de presse ne soit pas en règle. Les gens retiennent très souvent ce que la Constitution leur donne comme droit, mais les impératifs que leur impose la loi ne sont pas mis en avant », a-t-il fait remarquer. Parlant des dérives sur les réseaux sociaux, le ministre Alhamdou Ag Ilyène a rappelé que le procureur chargé de la cybercriminalité sévit contre les auteurs.

«Nous travaillons beaucoup à la sensibilisation et à la formation des  groupes qui ne sont pas des journalistes pour la plupart. Des textes sont en cours d’élaboration pour mieux encadrer les activités des médias», a-t-il annoncé tout en n’occultant pas les difficultés liées à la diminution de l’aide à la presse et à l’augmentation des organes de presse. Alhamdou Ag Ilyène notera aussi la nécessité de trouver un équilibre financier en travaillant avec la Hac et la Maison de la presse pour établir des critères consensuels.

PROFESSION NOBLE- Le chef du département en chargé de la Communication a expliqué sans ambages que «tout le monde ne peut être journaliste. On ne peut permettre à n’importe qui de venir se faire passer pour un journaliste. C’est une profession noble et difficile où des gens ont fait de longues études, des recherches pour avoir des diplômes». Et de dire qu’on ne peut mettre les journalistes sur le même pied d’égalité que le tout-venant qui ne respecte pas l’éthique et la déontologie. Il a promis de reprendre l’attribution des cartes de presse une fois que des conditions morales et éthiques claires seront établies. Promesse tenue : il a procédé récemment à la remise des premières cartes à leurs titulaires.

Le ministre Ag Ilyène a indiqué les progrès réalisés, notamment l’équipement en cours des nouvelles régions en matériels nécessaires à l’accès à l’Internet. Il a annoncé le développement de mécanismes d’appropriation par les populations autour de ces pôles régionaux. Par ailleurs, il a salué le plan de relance courageux et ambitieux du président directeur général de la Poste. Pour lui, la Poste doit opérationnaliser son projet de guichet unique administratif dans les zones rurales, offrant divers services aux populations.

«Au niveau des points ruraux, la Poste va ouvrir tous les services financiers, administratifs et bancaires et même numérisés à toutes les populations afin que les gens n’aient plus besoin de se déplacer», a-t-il détaillé. Le ministre chargé de l’Économie numérique a aussi dévoilé sa vision de doter notre pays d’une économie numérique répondant aux besoins des populations. à cet effet, il a évoqué les difficultés des structures de son département, notamment l’insuffisance de ressources humaines et financières. Et aussi le manque de coordination entre les différents départements ministériels. à ce propos, le ministre Alhamdou Ag Ilyène a plaidé pour une centralisation des moyens et une meilleure coordination des efforts.

Il a notamment cité l’exemple de l’Agence des technologies de l’information et de la communication (Agetic). Maîtresse d’œuvre gouvernementale en matière de Nouvelles technologies de l’information et de la communication, celle-ci n’est pas toujours consultée par les structures. Il a également souligné l’importance du Service de certification et de signature électronique, qui permet de sécuriser les transactions numériques. Le ministre Alhamdou Ag Ilyène a aussi parlé de l’ambition de son département de renforcer la presse en la dotant des journalistes de qualité, de promouvoir une vision nationale face aux défis actuels du Mali et de réaliser l’autonomisation financière de la presse.

Pour ce qui concerne les perspectives pour 2024, l’invité de Mali kura taasira a annoncé l’élaboration et l’adaptation de la Politique nationale de développement de l’économie numérique. Cette nouvelle politique s’inspirera des conclusions des travaux de la Direction nationale de l’économie numérique et prendra en compte les besoins du pays et l’évolution des technologies. Le ministre a aussi annoncé la création d’une direction centrale de la communication, qui sera chargée d’élaborer les stratégies, les orientations et la vision nationale en matière de communication, mais aussi de coordonner et orienter les efforts.

Aussi de mettre en place les moyens de surveillance. Enfin, le ministre Alhamdou Ag Ilyène a émis le vœu de faire adopter tous les textes qui vont régir les médias en 2024. Il a notamment cité la dépénalisation totale du délit de presse, le transfert de la gestion des cartes de presse et de l’aide à la presse à la Hac. Tout cela, dira-t-il, dans le but d’avoir une plus grande adaptabilité et implication de la presse dans la gestion de ses propres affaires.

Amadou GUEGUERE

Source : l’Essor

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Mon analyse personnelle sur le projet de constitution :

A prime abord, on remarquera que la constitution n’est pas nouvelle car elle ne met pas sur pied une nouvelle république mais elle  se contente de modifier la constitution actuelle en y ajoutant d’autres institutions.

Lire la suite

© Dépêches du Mali 2012 - 2024