Lundi 22 Juillet 2024

CAN U23 : Sénégal-Mali, un vrai derby ouest-africain

Les deux pays s’affrontent pour une place à la phase finale de la CAN, Maroc 2023. Le premier acte est prévu cet après-midi au stade Abdoulaye Wade de Diamniadio et le deuxième, le mardi 28 mars au stade du 26 Mars.

Le Mali affrontera aujourd’hui le Sénégal, aujourd’hui au stade Abdoulaye Wade de Diamniadio, au compte du match aller du troisième et dernier tour des éliminatoires de la CAN U23, Maroc 2023. Une semaine plus tard, c’est-à-dire, le mardi 28 mars, les deux équipes se retrouveront à nouveau, cette fois au stade du 26 Mars à Bamako, pour la manche retour.

Le vainqueur de la double confrontation se qualifiera pour la phase finale de la CAN, prévue en juin au Maroc. Les Aigles Espoirs, comme on les appelle, sont arrivés au Sénégal, dimanche et l’équipe a pris ses quartiers à Saly, une station balnéaire située dans le département de M’Bour.

Le sélectionneur Alou Badra Diallo «Conti» et ses hommes ont effectué leur première séance d’entraînement, lundi à l’Académie Paris Saint-Germain du Sénégal à Saly, avant de faire hier la traditionnelle séance de reconnaissance de terrain à huis clos. Maliens et Sénégalais rêvent, chacun, de participer à la phase finale de la CAN et la double confrontation entre les deux sélections promet de la bagarre et du suspense.

Pour ce premier acte, l’objectif des Aigles Espoirs sera d’obtenir un bon résultat positif au Sénégal pour bien aborder la manche décisive qui aura pour cadre le stade du 26 Mars. «Nous avons deux matches à jouer et l’objectif est de chercher la qualification.

Les joueurs sont prêts et super motivés pour défendre le Drapeau national», a confié le sélectionneur Alou Badra Diallo qui dispose d’un groupe au grand complet.

«Le moral de la troupe est au beau fixe, les jeunes sont ambitieux et m’ont promis de faire le nécessaire pour cette manche aller», a ajouté celui que les supporters appellent familièrement «Conti».

L’ailier du Deportivo (Portugal), Issoufi Maïga qui découvre la sélection nationale, s’attend à une rencontre difficile, mais affiche sa confiance. «L’objectif est la qualification et nous n’avons pas le droit de décevoir les supporters. Le Sénégal a une très bonne équipe, mais nous sommes confiants et nous allons tout donner pour avoir la qualification», a martelé l’ancien sociétaire de Binga FC, en révélant que le groupe a «travaillé sur différents aspects de la rencontre avec le coach Conti». «Nous sommes attentifs aux consignes du coach (Conti, ndlr). Ce qui est important, c’est jouer en équipe sur le terrain», a conclu l’international malien.

Pour son coéquipier, Thiémoko Diarra (Stade de Reims, France), les confrontations entre le Mali et le Sénégal «sont toujours des vrais derbys avec beaucoup d’engagement de part et d’autre. Le football sénégalais traverse actuellement une belle période avec les nombreux trophées remportés sur l’échiquier continental, admet volontiers Thiémoko Diarra, mais on sera là pour déjouer leur plan. On va se battre pour la qualification».

Maintenir la dynamique, c’est le mot d’ordre du sélectionneur sénégalais, Pape Demba M’Baye qui a déclaré dans la presse locale que c’est «hors de question pour son pays de perdre cette manche aller». «Le Mali dispose d’un groupe jeune et pétri de talent, mais nous allons tout faire pour arracher les 3 points», a répété le technicien sénégalais. Coach Alou Badra Diallo et ses hommes sont donc avertis.

Pour mémoire, les Aigles Espoirs se sont qualifiés au dernier tour en éliminant le Rwanda (1-1 à l’aller, 1-0 au retour au stade du 26 Mars), alors que le Sénégal a écarté le Burkina Faso 5-3 aux tirs au but (0-0 à l’aller comme au retour).

Aujourd’hui au stade Abdoulaye Wade

19h : Sénégal-Mali

Djeneba BAGAYOGO

Source : l’Essor

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Mon analyse personnelle sur le projet de constitution :

A prime abord, on remarquera que la constitution n’est pas nouvelle car elle ne met pas sur pied une nouvelle république mais elle  se contente de modifier la constitution actuelle en y ajoutant d’autres institutions.

Lire la suite

© Dépêches du Mali 2012 - 2024